Une histoire sombre, très sombre

Une histoire sombre, très sombre, Ruth Brown, Gallimard Jeunesse, Folio Benjamin.

18198105_10154338655616423_1031268375_nPréparez-vous à avoir peur, très peur.
Approchez, approchez.
Lisez si vous osez.
Tournez les pages si vous le pouvez.
En aurez-vous le courage ?
Classique de la littérature pour la jeunesse, cet album met à la l’honneur la peur. Grandissant au fil des pages, le sentiment d’oppression envahit le lecteur comme les pages et on ne sait jusqu’à la fin à quelle sauce nous allons être mangés. Et quel dénouement coup de théâtre ! Quel plaisir de lecteur ! Je n’en dirai mot, à vous d’oser l’aventure. Alors, tentés ?

Publicités

Le lit des parents

Le lit des parents, Christine Naumann-Villemin, Marianne Barcilon, Kaléidoscope.

Le-lit-des-parentsAttention, attention, voici l’histoire d’un petit ourson bien coquin, qui, dès que vous avez le dos tourné, se glissera dans votre lit pour y passer la nuit ! Certes, il a toujours une nouvelle excuse qui justifie ce changement de paillasse. Mais, quand même, pour la grande nuit de l’hibernation, sa maman dit non ! Le petit ourson tiendra-t-il sa promesse ?
Cette histoire s’inspire très fortement de la situation que vivent de nombreuses familles chaque soir. Emprunte de tant de réalisme, elle ne peut que toucher le lecteur qui s’identifie peut-être au petit ourson coquin. Heureusement, le dénouement apporte une leçon : rien ne vaut son propre lit. Plein d’humour, l’album fait joliment passer le message tout en amusant les jeunes lecteurs. Une association qui marche.

18142828_10154333526241423_635546725_n

La plus belle maman du monde

La plus belle maman du monde, Marianne Barcilon, Kaléidoscope.

18155679_10154333526306423_650206913_nPapoutsa rêve depuis toujours d’accompagner sa mère au marché des mille marchands. Et, enfin, le grand jour tant attendu arrive. Seulement voilà, le regard attiré par toutes les beautés du marché, Papoutsa perd de vue sa maman ! Seule au milieu de la foule, elle indique à ceux qui veulent l’aider « ma maman, c’est la plus belle maman du monde. » Voilà une information qui va forcément la sauver. Non ?
Quelle histoire pleine de tendresse ! Marianne Barcilon nous offre ici un album plein de joie et de fraicheur, qui se lit et se relira encore et encore avec un plaisir toujours renouvelé. En effet, on adhère tout de suite à cette fillette au bon cœur qui désigne sa maman par le plus beau des compliments. Et, le dénouement, heureux, lui donne tellement raison. Voici une petite bulle de bonheur, que l’on fait éclater à chaque lecture ! Les histoires de Papoutsa, on en veut encore ! encore !

18136713_10154333526266423_1210473793_n

Le Journal d’Aurore, Jamais contente, toujours fâchée

Le Journal d’Aurore, Jamais contente, toujours fâchée, Marie Desplechin, Agnès Maupré, Rue de Sèvres.

Jamais-contente-toujours-fachee-Le Journal d’Aurore, en trois tomes, j’avais adoré. Aurore, je l’avais côtoyée, choyée, aimée. Bref, imaginée. Alors forcément, quand j’ai lu les premières pages de l’adaptation en bande dessinée, il y a eu la fameuse confrontation entre le personnage inventé dans ma tête et celui qui prenait vie devant mes yeux. Que faire ? J’ai choisi de ne pas me laisser gâcher le plaisir. Si cette Aurore n’était pas la mienne, tant pis, elle en serait une autre. J’ai laissé de côté le souvenir du roman et j’ai plongé dans la bande dessinée. Grand bien m’en a pris : j’ai savouré chaque rebondissement de la tumultueuse vie d’Aurore. Cette bd a du peps, elle décoiffe tout en donnant envie de flâner, elle colorise la vie, elle se savoure à chaque page.
Ma conclusion : que vous soyez adeptes ou non du roman, foncez découvrir cette bande dessinée pleine de réalisme qui dépeint la vie d’une ado nécessairement différente et unique. Et Aurore, sache qu’on t’aime toujours.

LeJournaldAurore_T1_pl1

#Bleue

#Bleue, Florence Hinckel, Syros, Soon.

bleueMaintenant, on sait éradiquer la douleur. Il suffit de contacter la CEDE et la douleur n’a plus comme trace qu’un point bleu sur le poignet. D’ailleurs, quand sa petite-amie décède soudainement dans un accident, Silas est bien content de ne pas avoir à souffrir. Il peut du coup reprendre une vie normale. Mais… la douleur n’est-elle pas parfois utile ?
Quelle dystopie intéressante ! Ce roman soulève énormément de questions sur l’importance des sentiments, des pensées personnelles, des liens entre les émotions… et l’on est alors forcément concernés par l’histoire racontée. En effet, les arguments de chaque partie s’entendent. Et bien que l’auteur invite à conclure dans un sens, le questionnement est en tout cas au départ soulevé avec objectivité. Aussi, les personnages sont attachants et l’intrigue a du rythme. Du coup, on lit avec avidité, on réfléchit, on veut savoir. Certes, certains retournements se devinent, ainsi que le fil général de l’histoire. Mais qu’importe, on accroche.
Voici ainsi une dystopie différente et réussie.

La Quête d’Ewilan, Tome 1

La Quête d’Ewilan, Tome 1, Pierre Bottero, Lylian, Laurence Baldetti, Loïc Chevallier, Glénat.

QUETE D_EWILAN T01[BD].indd.pdfL’adaptation d’un roman adoré en bande dessinée crée toujours ce double sentiment : celui d’avoir hâte de retrouver un univers chéri et celui de redouter d’y trouver une trahison. Ici, point de déception, l’adaptation du roman de Pierre Bottero est un sans faute.
J’ai découvert les personnages comme je me les imaginais ; la succession et le déroulement des scènes sont fidèles au texte et l’atmosphère générale est respectée. Bien sûr, on perd un brin de la grande magie qui est générée à la lecture du roman, où l’on a l’impression que tout un monde est créé par notre propre imaginaire. Évidemment, je ne parle ici qu’en comparant car je ne peux avoir le regard ingénu de celui qui ignore le roman. Un conseil tout de même à ce lecteur : commence par le roman, tu passerais sinon à côté d’une grande aventure littéraire, passionnante et foisonnante.
Bilan : pour les amateurs du cycle, l’adaptation est réussie.

Construire des rituels à la maternelle, PS – MS – GS

Construire des rituels à la maternelle, PS – MS – GS, Catherine Dumas, Retz.

Construire des rituels à la maternelleAh, je ne me lasse pas des livres de chez Retz. Ici, point de blabla inutile, on est dans le concret. Voici un guide pédagogique qui nous donne de vrais outils à utiliser en classe, de vraies idées, des vraies progressions… Du coup, on lit, on absorbe, et on n’a qu’une envie : appliquer en classe ce que l’on vient de lire tant la progression est d’une logique implacable et les explications d’une grande clarté.
Dans l’ouvrage, on aborde principalement l’appel et le calendrier, deux moments clés des rituels. L’auteur propose différentes approches pour une progression efficace : comment mettre en place ces rituels, sans tomber dans une routine dénuée de sens ; comment faire se compléter habillement accueil, atelier et regroupement, pour arriver à faire progresser les élèves ; comment construire les apprentissages sur un logique de cycle. Des situations concrètes sont alors exposées, selon les niveaux. Un seul bémol, il n’est nulle part question de la gestion du triple niveau. À nous de combiner les propositions dans ce cas. Mais j’aurais aimé avec quelques mots sur l’avantage de l’entraide possible et d’un éventuel tutorat. Hormis ce léger détail, tout est parfait, on a ici un véritable ouvrage clé en main qui pousse à la réflexion et lutte contre l’automatisme des rituels sans but.
Bref, un guide essentiel pour mettre en place intelligemment ses rituels.

Les Survivants, Tome 1, Anomalies quantiques

Les Survivants, Tome 1, Anomalies quantiques, Léo, Dargaud.

survivants-tome-1-pisode-1Voilà pourquoi j’aime les 48 heures de la bande dessinée : car elles me font découvrir des titres vers lesquels je ne me serai pas dirigée spontanément. Et ici, je sais que le graphisme n’est habituellement pas celui qui attire mon œil. Et c’est bien là que l’on voit qu’il est dommage d’être formaté ! Car j’ai adoré cette bande dessinée.
Ici, c’est un premier tome… mais qui prend place au sein d’un grand cycle composé de plusieurs séries. Je ne connais pas du tout mais qu’importe : on peut lire les séries séparément.
Dans ce premier tome donc, on découvre un équipage qui arrive malencontreusement sur une planète inconnue… pour toujours. Cette planète, les membres du vaisseau ne la connaissent pas. Que manger ? Quels sont les dangers ? La planète est-elle habitée ? Autant de questions sans réponse qui créent immédiatement le suspense et donnent envie de connaître toute l’histoire.
Du coup, arrivé au dénouement, on n’a qu’une envie : connaître la suite. Malgré ses quelques clichés, ce fut une belle découverte pour ce premier tome qui respecte bien les règles du genre avec la bonne dose de suspense qui lui est due.

Ce qui ne nous tue pas

Ce qui ne nous tue pas, Antoine Dole, Actes Sud Junior.

ce qui ne nous tue pasLola a un problème avec ses parents. Alors c’est sûr, à l’école, son travail le montre. Heureusement, pour sortir de cette bulle de souffrance, Lola a une vieille dame qui, certes, perd la tête, mais lui apporte tellement !
L’histoire de Lola a deux faces : celle qui se déroule à l’école, celle qui a lieu avec la grand-mère. Et d’ailleurs, cela engendre naturellement deux types de narration : une plus intimiste que l’autre. Pourtant, l’émotion est pareillement palpable dans les deux types d’écriture qui se succèdent et se complètent. La suite, nous n’en dirons pas un mot, pour ne rien gâcher du plaisir de lecture. Si ce n’est que le plaisir, il est bien là. Et qu’il serait vraiment dommage de passer à côté.

Bonjour Pompier

Bonjour Pompier, Michaël Escoffier, Matthieu Maudet, L’école des loisirs, Loulou & Cie.

17813888_10154278294731423_1155455755_nPin pon pin pon ! Pas de doute, il y a le feu ! Vite, le camion arrive, la lance est sortie et le feu est éteint. Mais ce n’est pas fini ! Il faut encore éteindre d’autres feux… y compris chez notre pompier !
À chaque feu éteint, la victime monte dans le camion et vient gonfler la petite troupe.
Les pages proposent à chaque scène des jeux comiques, autant dans les situations présentées que dans les dialogues. Cet album s’inscrit alors bien dans la cohérence des autres titres du duo d’auteur et d’illustrateur (Bonjour docteur et Bonjour facteur). Du coup, les lecteurs amateurs de la série attendent avec impatience de découvrir quelle sera la chute sous forme de coup de théâtre du dénouement. Et ici, elle est double ! Mais nous n’en dirons mot.
Voici un titre qui complète agréablement la collection. J’ai aussi hâte de découvrir quelle sera la prochaine invention des auteurs illustrateurs !

17813961_10154278294751423_131835253_n