Apparitions, Tome 1, Les couloirs de l’esprit

Apparitions, Tome 1, Les couloirs de l’esprit, N. M. Zimmermann, Nathan.

Apparitions, Tome 1, Les couloirs de l'espritPeter arrive dans un nouveau pensionnat. Presque seul. Presque car il est toujours accompagné de sa sœur Maya. Ou plutôt, du fantôme de sa sœur. Et Maya est loin d’être la seule créature fantastique des lieux.
Dans ce roman, le suspense va piano. Mais tellement piano que l’ennui peut primer. Pourtant le style est classique et bien mené, les personnages plutôt attachants et l’histoire entraînante. Mais les rebondissements se font rares et les clichés restent trop présents. C’est dommage. Toutefois, ce roman devrait plaire aux plus jeunes lecteurs, ceux qui découvrent le genre par exemple.

Publicités

Dis-moi si tu souris

Dis-moi si tu souris, Eric Lindstrom, Anne Delcourt, Nathan.

dis moi si tu souris.jpgParker est aveugle. Certes. Mais elle est aussi intelligente, drôle et sensible. Et elle court vite, très vite.
Dans ce roman, l’humour donne un souffle d’air frais à chaque situation. Et cette jeune fille est terriblement attachante. Comme toute ado, elle a des amis, des amours, des coups de gueule et des fous rires. Et le réalisme des échanges et des pensées crée l’addiction au fil des pages : le roman se dévore.
Vite, foncez rencontrer Parker, vous ne le regretterez pas !

Qui ment ?

Qui ment ?, Karen M. McManus, Anne Delcourt, Nathan.

qui mentIls sont cinq à se retrouver collés. Soudainement, celui qui tient le blog à ragots du lycée meurt. Et tout porte à croire qu’il s’agit d’un crime. Lequel des quatre aurait manigancé ce terrible plan ?
Bon… un problème apparait avec les romans qui reposent uniquement sur la réponse finale attendue… lorsque le fameux dénouement est deviné. C’est comme connaître l’identité du tueur dans n’importe quel polar, ça fait perdre le charme. Mais en plus, on n’a pas vraiment de plaisir de puzzle ou de recueil d’indices. Le contenu du texte est très ras des pâquerettes et surfe sur le quotidien banal des ados. On retrouve les clichés du genre éparpillés au fil des pages. Si on ne devine pas la fin, je pense que le plaisir de lecture peut être plus marqué. Mais ce ne sera pas non plus la lecture addictive de l’année.

Le grand saut, tome 3

Le grand saut, tome 3, Florence Hinckel, Nathan.

Le-Grand-saut3Florence Hinckel annonce en remerciements qu’elle est triste de quitter ses héros. Et nous donc ! Car encore une fois dans ce troisième volet, nous suivons avidement le destin, qui semble paradoxalement si fragile et incertain, et si intense par la grandeur des possibles. Quels retournements, quelles émotions, quelles interrogations ! Car elle est bien sensible cette période du Grand saut, qui peut durer si longtemps, parfois. Bien sûr, chaque lecteur s’identifie un peu plus. Pour ma part, le Malesherbes d’Iris est exactement le mien, en y ajoutant un soupçon des rôles de Rebecca. Un seul regret à la si émouvante dernière page : que l’aventure inachevée se termine pour le lecteur. Allez, chère auteur, encore un peu d’eux… et pourquoi pas avec un très grand saut d’une dizaine d’années ?

Le grand saut, Tome 2

Le grand saut, Tome 2, Florence Hinckel, Nathan.

le grand saut 2Dans ce second volet, on retrouve notre bande de six. Un peu séparée, un peu abîmée. Plus certains que d’autres. Et si l’amitié était la clé pour les réparer ?
Ce second tome est tout aussi brillant que le premier. Les émotions sont toujours aussi vraies, les personnages intensément vraisemblables et le lecteur dévore les pages, avide de connaître chaque bribe de vie de nos héros. Dans cet épisode, certains personnages sont un peu en retrait et on espère vivement les retrouver plus fortement dans le troisième volet. Ce qui est certain, c’est que ce tome lu en 24 heures n’appelle qu’une conclusion : il faut lire le tome suivant, et vite !

Le grand saut, Tome 1

Le grand saut, Tome 1, Florence Hinckel, Nathan.

Le-grand-sautIls sont six. Six potes depuis la nuit des temps. Six à vivre la même terminale, mais chacun avec sa vie personnelle, son intimité, ses doutes et ses envies.
Ce roman a reçu beaucoup de compliments… totalement à juste titre ! L’histoire est captivante, le suspense monte crescendo, les personnages sont terriblement intenses et réalistes et l’émotion touche sa cible à la perfection.
Que de talent dans le réalisme ! L’auteure parvient à mettre en scène de nombreuses thématiques fortes et le risque de générer du cliché est grand. Pourtant, c’est toujours avec un parfait équilibre que chaque sujet est abordé.
Durant les dernières pages, on frôle le déluge émotionnel et on a alors qu’une envie : s’emparer du tome suivant pour ne pas quitter ces personnages qui nous manquent déjà. Un grand bravo à Florence Hinckel : c’est tellement rare de créer une œuvre d’une simplicité réaliste émouvante sans faille. Chapeau !

Un piano pour Pavel

Un piano pour Pavel, Mymi Doinet, Amandine Laprun, Nathan, Premiers romans.

Un piano pour PavelL’histoire de Pavel, elle sera narrée par une multitude de voix. En effet, à chaque chapitre, un objet croisant le chemin du garçon prend la parole pour raconter une part du récit. Le lecteur, lui, suit l’aventure de Pavel et reconstruit, au fil des pages, le puzzle de la vie de ce mini virtuose.
Quel talent ! Quelle écriture brillante ! Quelle parfaite construction ! Mymi Doinet sait indéniablement trouver les mots pour toucher. Et ça touche fort ! On est empli d’émotions, on est submergé, noyé même. La gorge nouée, on ressort du roman sans bien comprendre ce qui vient de se passer. C’est bien cela, les grands textes.

Des fleurs sur les murs

Des fleurs sur les murs, Cécile Roumiguière, Aurélie Grand, Nathan, Premiers romans.

Des fleurs sur les mursLéna écoute les conversations des grands et comprend que quelque chose ne va pas. Elle commence même à s’inquiéter et à se poser beaucoup de questions. Eh oui, car en mai 68, les choses bougent, changent, évoluent. Et si Léna dessinait pour aider à faire passer des messages ?
Dans ce roman, le contexte historique apparait petit à petit. D’abord, le jeune lecteur a tout le loisir de découvrir une jeune héroïne qui lui ressemble et à laquelle il peut sans problème s’identifier. Puis, les « problèmes des grands » prennent de plus en plus d’ampleur et le comportement de Léna invite à la fois à s’interroger sur quelle serait la réaction du lecteur aujourd’hui et à la fois à mieux connaître cette époque qui semble si lointaine pour les lecteurs actuels. Enfin, le roman se conclut avec une jolie note de gaité, qui donne envie de faire bouger le monde de 2018 tout en profitant de la vie.
Voilà un roman bien écrit qui devrait donner envie à tous les lecteurs de s’emparer de leurs feutres pour véhiculer et défendre leurs idées.

La famille trop d’filles, Elisa

La famille trop d’filles, Elisa, Susie Morgenstern, Clotka, Nathan, Premiers romans.

elisaDans la famille trop d’filles (6 au total, ça commence à faire), je demande Elisa, la danseuse. Qui est bien embêtée : comment trouver de l’argent pour le stage de danse qu’elle rêve de suivre si ses parents refuser de payer ?
Dans cette série, chaque fille a sa personnalité, ses goûts, ses envies. Ici, on ressent bien la passion pour la danse et l’envie de briller comme une étoile. Au-delà de cette thématique, on a aussi un vrai questionnement sur l’argent. Non, un enfant ne peut pas travailler. Oui, gagner de l’argent prend du temps. La réflexion financière est à hauteur d’enfant, soulève de véritables questionnements et offre des réponses justes et sensées. Grâce aux illustrations très colorées et au découpage en chapitres courts, le roman donne sans cesse envie d’être lu et se dévore d’une traite tant l’envie est forte de connaître le dénouement.
Voilà une histoire fort sympathique qui donne très envie de découvrir les autres filles de la famille. Chouette, les tomes existent déjà.

Les puissants, Tome 1, Les esclaves

Les puissants, Tome 1, Les esclaves, Vic James, Julie Lopez, Nathan.

Les puissants, Tome 1, Les esclavesIl y a ceux qui ont le Don. Et il y a les autres. Et parmi ces pauvres gens sans pouvoir, la famille de Luke. Comme tous ceux de leur rang, ils doivent 10 années de leur vie en tant qu’esclaves. Ensuite, ils seront libres. Et les 10 années commencent… maintenant ! Mais tandis que la famille de Luke est heureusement affectée dans une riche famille, le jeune garçon est soudainement embarqué dans le pire endroit de travail pour esclaves.
Dans ce roman, on retrouve bien sûr quelques clichés et éléments convenus : une rébellion attendue, des retournements que l’on peut anticiper si l’on connaît les codes du genre et des personnages un brin caricaturaux. Mais l’auteur use aussi d’originalité et l’écriture soignée enveloppe le tout d’un charme qui crée l’addiction du lecteur. Finalement, on est pris dans l’action, on a envie de savoir ce qu’il adviendra à chaque fin de chapitre et chaque changement de focalisation et on prend plaisir à lire les rebondissements. Ce premier tome est donc, pour les amateurs du genre, une bonne réussite. A suivre.