Alchimie

Alchimie, Beth Fantaskey, Le Masque, Msk.

Alchimie, Beth FantaskeyUne proposition de suite à la célébrissime histoire du docteur Jekyll et Mister Hyde, la proposition est sympathique. En plus, j’ai apprécié l’humour et l’écriture de l’auteure dans Comment se débarrasser d’un vampire amoureux. Mais dans ce roman, c’est leeeeent. L’histoire peine à se lancer, à avancer, et le lecteur à adhérer. On pédale dans du chamallow narratif et on attend qu’il ne se passe… rien. Du coup, nécessairement, malgré le pitch vendeur, le roman tombe des mains. Dommage.

Publicités

Une seconde de trop

Une seconde de trop, Linda Green, Préludes.

Une seconde de tropImaginez : vous jouez au parc avec votre enfant. Vous comptez le temps qu’elle se cache. Quand vous ouvrez les yeux, vous ne la trouvez plus.
Le suspense de ce roman est parfait : de la première à la dernière page, on est tenu en haleine, on veut savoir ce qu’il adviendra d’Ella, on dévore chaque page. Les personnages sont réalistes, bien que certaines compétences de l’enfant soient un peu surestimées. La détresse de la mère est très bien retranscrite et chaque chapitre apporte son intérêt. Le puzzle final est un brin artificiel, l’auteure aurait pu laisser les pièces non assemblées puisque le lecteur a la clé. Mais qu’importe : la lecture a apporté son lot de satisfaction. Un bon polar donc.

A good girl

A good girl, Amanda K. Morgan, Lumen.

A good girl.jpgRiley est une fille parfaitement parfaite. Enfin… jusqu’à ce que cela change.
Quel ennui ! Le roman met un temps fou à se lancer et, même une fois le principe posé, les faits ont du mal à gagner en puissance et le dynamisme manque grandement. Du coup, on reste totalement hermétiques aux émotions de l’héroïne qui en devient même ridicule. Sans regret, le livre tombe des mains.

Capitaine Rosalie

Capitaine Rosalie, Timothée de Fombelle, Isabelle Arsenault, Gallimard Jeunesse.

Capitaine RosalieC’est la guerre. Mais de son école, Rosalie ne voit pas grand-chose de ces combats lointains. Si ce n’est les lettres que lui lit sa mère, et dont elle n’apprécie guère la lecture. Mais Rosalie a aussi une mission qu’elle s’est donné.
Que ce court récit est émouvant ! On a la gorge nouée, on ressent intensément chaque émotion, on est plongé dans ce passé de guerre douloureux et on frémit à chaque page. Les illustrations à dominante noire et rouge engendrent davantage encore de sensations et la lecture bouleverse alors intensément. Voilà une œuvre brève et parfaitement réussie, dont on ne pourra désormais se passer.

Mon cher correspondant

Mon cher correspondant, Maryvonne Rippert, Fleurus.

Mon cher correspondantClara vit près de Lyon, Elio est à Beyrouth. Dans le cadre d’une correspondance scolaire, ils font connaissance.
Voilà un roman totalement éblouissant. D’abord, par sa langue. Maryvonne Rippert retranscrit à la perfection les façons de parler de chacun et le lecteur se sent immédiatement plongé dans l’histoire. Que de différences alors entre les deux langues ! Ensuite, les clichés prennent un grand coup de pied au derrière ! Entre ici et là-bas, où se niche la misère ? Qu’est-ce que la richesse ? Les modes de vie diffèrent-ils là où l’on le pense ? Ceci est un échantillon des grands sujets abordés par l’auteure qui, sans faire du documentaire, informe pourtant avec une grande pertinence son lectorat. Enfin, que d’émotions ! La gorge est serrée, le cœur s’accélère et les frémissements font tourner les pages à une vitesse éclair. Le texte emporte son lecteur à travers les pays, au sein des sentiments et au cœur de la réflexion. De quoi s’intéresser autrement au monde actuel et à ses si importantes problématiques. Un grand bravo à Maryvonne Rippert pour avoir su écrire sur ces sujets si sensibles et offrir à ses lecteurs un tel bijou littéraire.

Complot

Complot, Nicolas Beuglet, Xo éditions.

complot.jpgSarah est appelée pour une affaire secrète de la plus haute importance : une personne très spéciale a été assassinée dans d’étranges circonstances. L’enquête commence.
Dans ce roman, le féminisme est prôné. Le lecteur sera captivé, intéressé, bouleversé, par le contenu des révélations, discutables bien sûr. L’enquête se dévore et le puzzle est agréable. La fin laisse toutefois beaucoup de choses en suspension : on suppose que l’auteur garde des atouts dans sa manche pour d’autres aventures de Sarah. Que je suivrai, avidement, bien entendu. Voici donc un bon polar après Le Cri, dont je vous conseille vivement la lecture.

Au fond de l’eau

Au fond de l’eau, Paula Hawkins, Pocket.

Au fond de l'eauDes mortes dans l’eau. Crimes ou suicides ?
J’avais été très moyennement séduite par La fille du train. L’ennui avait primé et je n’étais parvenu au bout. Ici encore, l’ennui est au rendez-vous. Cette fois, j’ai atteint le dénouement mais que de longueurs ! Il se passe vraiment peu de choses, le changement de focalisations permet à l’auteure de faire des pages en ajoutant quelques variations mais cela ne suffit pas à garantir l’intérêt. On en vient à ne même plus s’intéresser à l’intrigue tant l’histoire avance peu. Bref, c’est encore une déception.

Maman a tort

Maman a tort, Michel Bussi, Pocket.

Maman-a-tortUne peluche qui parle à un enfant. Un ogre et une forêt. Une maman qui n’est pas la vraie. Et un psy scolaire plutôt pas mal.
Voilà quelques pièces du puzzle de Michel Bussi. Et voilà le début d’une intrigue très habilement et complexement ficelée. Le lecteur tente de nouer les extrémités, de comprendre les liens… mais les éléments se multiplient et le suspense ne cesse de croître. Avec un don indéniable pour le cliffhanger et l’art de balader le lecteur, Michel Bussi parvient à offrir un livre un polar parfait. Pour tous les amateurs de puzzle, vous voilà servis.

Enola et les animaux extraordinaires, Tome 4, Le yéti qui avait perdu l’appétit

Enola et les animaux extraordinaires, Tome 4, Le yéti qui avait perdu l’appétit, Joris Chamblin, Lucile Thibaudier, Les éditions de la Gouttière.

enola 4Dans ce tome, Enola part au Tibet afin d’aider les moines à comprendre le problème du yéti.
Ce tome permet de découvrir une autre culture tout en incitant à réfléchir sur les traditions et le respect des espèces et de l’autre. Aussi, la mort est délicatement présente, sans pathos inutile. Le graphisme est toujours magnifique et le soin accordé aux planches toujours égal. Encore un fort succès pour ce tome. Voilà vraiment une série brillante !

Lettre à mon ravisseur

Lettre à mon ravisseur, Lucy Christopher, Catherine Gibert, Gallimard Jeunesse, scripto.

Lettre à mon ravisseurGemma est enlevée. Sera-t-elle un jour charmée par son ravisseur et son plan qui semble fou ?
Une histoire d’enlèvement a toujours son petit suspense fort attrayant. Mais ici la lenteur des événements peut créer l’ennui. Il se passe peu de faits marquants et on attend juste de lire le dénouement… qui n’a rien de vraiment original. Pourtant, quelques passages restent dynamiques et l’écriture est agréable tout du long. Il manque juste un peu de coupes franches pour gagner en équilibre. Voici un roman qui devrait toutefois plaire aux lecteurs avides de suspense.