Cœurs brisés, têtes coupées

Cœurs brisés, têtes coupées, Robin Schneider, Nathalie Peronny, Gallimard Jeunesse, Pôle fiction.

Cœurs brisés, têtes coupéesEzra est le beau gosse, sportif et parfait, du bahut où il règne en maitre. Sa vie va basculer.
Bon… l’annonce de la quatrième et du début du roman est un peu mensongère. Car le basculement n’est somme toute pas si dramatique que cela. Et le reste du roman n’énonce que platitudes et rebondissements habituels du roman pour ado cliché. Du coup, c’est nécessairement la déception. C’est dommage car l’idée pouvait être prometteuse : encore fallait-il l’amener plus loin.

Publicités

Où est passée Lola Frizmuth ?

Où est passée Lola Frizmuth ?, Aurélie Gerlach, Gallimard jeunesse, pôle fiction.

Où est passée Lola FrizmuthPartir au Japon suivre un coup de cœur, c’est gonflé. Et se retrouver confrontée à un gangster alors qu’on est à l’autre bout du monde, c’est… pas de chance.
Ce roman est très bien écrit : l’intrigue est originale, le ton est drôle et les personnages assez attachants. Il manque toutefois un peu de peps et de renouveau au fil du texte pour maintenir l’intérêt jusqu’au bout. Du coup, on risque de perdre quelques lecteurs en cours de route. Malgré tout, il est certain que l’autrice a de la ressource pour créer des scènes loufoques et hilarantes. Un nom à retenir donc.

Charlie et la chocolaterie

Charlie et la chocolaterie, Roald Dahl, Quentin Blake, Gallimard Jeunesse, Folio.

Charlie et la chocolaterieMr Wonka, génialissime créateur de délicieux chocolats, décide d’ouvrir les portes de son usine à cinq enfants. Cinq, et pas un de plus, trouveront des tickets d’or dissimulés dans ses sucreries afin de gagner leur entrée. Le petit Charlie fera-t-il partie des élus ?
Un des avantages d’avoir un enfant est bien de pouvoir repartager avec lui la découverte des classiques. Et Charlie fait indéniablement partie des meilleurs classiques de la littérature pour la jeunesse, qu’il faut découvrir enfant puis resavourer régulièrement par la suite. L’écriture envoûtante fait monter le suspense, on rit, on adhère à l’impossible et on plonge dans le loufoque et l’extraordinaire. Voilà bien une belle déclaration à l’enfance. Mais Dahl livre aussi ses messages, lance ses pics et fait mouche : un savant équilibre si difficile à atteindre et ici parfaitement maîtrisé. Une seule envie à la dernière page : replonger immédiatement au début de l’ouvrage pour vivre encore ces instants de magie, de merveilleux et de délice.

Nous autres simples mortels

Nous autres simples mortels, Patrick Ness, The Rest of Us Just Live Here, Bruno Krebs, Gallimard jeunesse, Pôle fiction.

Nous autres simples mortelsÊtre un ado, c’est déjà pas mal compliqué. Mais si en plus il faut gérer un nouveau genre d’apocalypse mortelle… euh… non merci.
Les romans de Patrick Ness sont toujours déstabilisants. Car on ne sait pas d’où ils partent ni où ils vont. Il faut donc accepter de se laisser embarquer et suivre les personnages et les envies de l’auteur là où il décidera de nous emmener. Et ce sera loin, donc. Alors nécessairement, le risque de perdre en route du lectorat est grand. Pour autant, les thématiques stéréotypées du genre, traitées ici avec grand brio, sauront garder le plus grand nombre. On saura donc apprécier l’innovation et l’originalité : voilà bien confirmation, bien que nous n’en doutions pas, du grand talent de l’auteur.

Et plus encore

Et plus encore, Patrick Ness, Bruno Krebs, Gallimard Jeunesse.

Et plus encoreLe garçon est mort. Alors où est-il désormais ? Quel est cet étrange endroit, familier et inconnu à la fois ? Serait-ce l’enfer ?
Il est impossible de raconter davantage le roman de Patrick Ness. En effet, tout repose sur le principe de questionnement. De la première à la dernière page, on s’interroge : quel est le nom du personnage, où est-il, que va-t-il se passer… Et le savoir à peine acquis est sans cesse remis en cause, perturbé, ébranlé. Le lecteur ne peut alors s’empêcher de vouloir savoir le pourquoi du comment. Il faut toutefois pour cela venir à bout de la première partie qui, si on comprend après coup la raison de sa présence, peut sembler longue au premier abord. Mais une fois passée, les longueurs sont absentes et l’on retrouve tout le talent de l’auteur, déjà affirmé dans l’excellente trilogie La voix du couteau. Voilà donc un roman qu’il faut découvrir : bon plongeon au sein d’une lecture inattendue et d’une grande richesse !

Sans prévenir

Sans prévenir, Matthew Crow, Marie Hermet, Gallimard Jeunesse, Pôle fiction.

sans prevenirFrancis a une leucémie. Voilà. Cela arrive comme ça et personne n’y peut rien.
Encore un roman sur le cancer ? Alors… clairement : oui. Je ne peux même pas tenter de tourner le concept autrement : oui, c’est un énième roman sur le sujet, oui, il y a de l’humour pour alléger un peu le thème mais le pathos est tout de même en bonne dose, oui, les originalités sont peu nombreuses. Le problème est que j’ai même pu deviner le dénouement dès les premières pages tant les structures de ce genre de texte sont souvent similaires. Toutefois, je dois avouer que j’ai lu le roman très vite, sans m’ennuyer, en me laissant porter. Car on peut faire du convenu mais le faire correctement. C’est donc ici le cas. Voilà un roman sur le cancer : attendez-vous précisément à cela.

Mon père est un parrain

Mon père est un parrain, Gordon Korman, Catherine Gibert, Gallimard Jeunesse, pôle fiction.

Mon père est un parrainC’est en général compliqué de craquer pour une fille. Mais avec une famille dans la mafia, ça l’est encore plus. Surtout si la fille en question est liée au FBI.
Ce roman est truffé d’humour et de scènes comiques. Il est certain que l’ennui n’est pas au rendez-vous… du moins dans la première moitié. Car une fois le principe posé, le style s’essouffle quelque peu. Le renouvellement manque légèrement au sein des rebondissements. Mais il est certain que ce roman saura trouver son public : il faut juste y chercher seulement du divertissement temporaire.

L’histoire de Malala, Celle qui a dit non aux talibans

L’histoire de Malala, Celle qui a dit non aux talibans, Viviana Mazza, Diane Ménard, Gallimard Jeunesse.

L'histoire de Malala, Celle qui a dit non aux talibansTout le monde a entendu parler de Malala mais il est important de parfaitement connaître la vie de cette jeune fille pleine de courage.
Afin de découvrir quelles étaient les conditions exactes de sa vie, comment se déroulait son quotidien, quelles pouvaient être ses pensées, il faut absolument lire cet ouvrage, romancé mais documentaire, qui narre page après page l’incroyable courage de Malala. En refermant le livre, on ne peut que ressentir une grande admiration et une envie de mener à son tour des actions de paix. Voilà un ouvrage bref et intense, à conseiller à tous, à partir de la jeune adolescence.

Nos vies en mille morceaux

Nos vies en mille morceaux, Hayley Long, Laetitia Devaux, Gallimard Jeunesse.

Nos vies en mille morceauxUn accident de voiture dure quelques secondes et change à tout jamais la vie des survivants. Comment recoller les morceaux lorsqu’on est ado ?
Les romans qui reposent sur une scène inévitablement triste (accident, maladie, disparition…) doivent trouver le moyen d’émouvoir le lecteur sans user de pathos trop larmoyant. Ici, point de guimauve. Mais il est pour autant difficile d’être touché car la distance instaurée par la narration est grande. Un retournement vient toutefois donner de l’ampleur au récit et les jeux typographiques, s’ils sont de temps en temps artificiels et inutiles, peuvent à d’autres moments faire naître la poésie. Voilà donc un roman qui saura charmer quelques lecteurs mais qui garde trop de fausses notes pour marquer durablement et plus largement.

Capitaine Rosalie

Capitaine Rosalie, Timothée de Fombelle, Isabelle Arsenault, Gallimard Jeunesse.

Capitaine RosalieC’est la guerre. Mais de son école, Rosalie ne voit pas grand-chose de ces combats lointains. Si ce n’est les lettres que lui lit sa mère, et dont elle n’apprécie guère la lecture. Mais Rosalie a aussi une mission qu’elle s’est donné.
Que ce court récit est émouvant ! On a la gorge nouée, on ressent intensément chaque émotion, on est plongé dans ce passé de guerre douloureux et on frémit à chaque page. Les illustrations à dominante noire et rouge engendrent davantage encore de sensations et la lecture bouleverse alors intensément. Voilà une œuvre brève et parfaitement réussie, dont on ne pourra désormais se passer.