Amour, Gloire et ballet

Amour, Gloire et ballet, Anaïs Sautier, Gabriel Gay, L’école des loisirs.

Amour, Gloire et balletLa couverture et la quatrième m’ont clairement happée comme une moule contre un rocher. Mes yeux ont vu « danse », les mots du résumé me faisaient des clins d’œil humoristiques et le sujet semblait original. Bref, le charme a opéré. Et… dommage, l’écriture m’a un peu laissée à côté des émotions. Car elle est tarabiscotée, l’adhérence au personnage opère peu. Même, l’ennui survient dans ce roman pourtant bref. C’est dommage car toutes les qualités étaient présentes pour séduire. Peut-être faudrait-il lire l’ouvrage précédent auquel le texte renvoie souvent, Danse avec les choux. Peut-être…

Publicités

Scrooge, Un chant de Noël

Scrooge, Un chant de Noël, Rodolphe, Estelle Meyrand, Charles Dickens, L’école des loisirs, Mille bulles.

scrooge-un-chant-de-noelPourquoi cette adaptation du célébrissime conte est-elle une réussite ? Car l’atmosphère du conte est parfaitement retranscrite. Les traits délicats et fins du graphisme créent un climat enchanteur et les couleurs donnent le bon ton pour une lecture imagée. Toutes les émotions sont respectées et passent facilement au lecteur. De quoi retrouver le plaisir de lecture du texte d’origine tout en visualisant les traits des personnages. Une adaptation séduisante donc, à vivement conseiller à tous les lecteurs.

Une danseuse ne porte pas de lunettes

Une danseuse ne porte pas de lunettes, Claudine Colozzi, Elsa Oriol, L’école des loisirs.

Une danseuse ne porte pas de lunettesÊtre choisie pour danser lors d’un grand ballet, c’est un honneur ! Mais… sans lunettes, cela risque d’être compliqué. Comment ne pas tomber ? Comment réussir à bien réaliser les pas ? Est-ce seulement possible ? Notre petite danseuse est bien décidée à relever le défi !
Cet album est magnifiquement illustré : les doubles pages plongent immédiatement le lecteur dans un univers de danse et de spectacle. On ressent tout le stress de la jeune héroïne et l’angoisse montante à l’approche du grand jour. Toutefois, j’émets une petite réserve sur le dénouement : j’aurais préféré que la jeune danseuse œuvre avec sa paire sur le nez plutôt que de virevolter en voyant flou. Malgré tout, l’album offre une lecture très agréable qui devrait charmer tous les lecteurs amateurs de danse.

La maison du scorpion

La maison du scorpion, Nancy Farmer, Valérie Dayre, L’école des loisirs.

La maison du scorpionDans un monde des possibles, on peut se faire des clones à l’envi. Pratique n’est-ce pas ? Mais un clone intelligent en est-il vraiment un ?
Dans ce roman, on sent que l’auteur a pris tout le temps nécessaire pour créer une trame de fond. Les personnages sont terriblement nombreux, les liens entre eux archi réfléchis et l’histoire bien tarabiscotée. Du coup, nécessairement, on peut perdre le lecteur en route. Ou bien on a l’impression que le roman se déroule sans nous, sans transmission d’affect, sans que nous puissions véritablement nous lier à l’histoire et aux soucis des personnages. C’est dommage car l’univers est follement atypique et terriblement maîtrisé.

Sauveur et fils, Tome 4

Sauveur et fils, Tome 4, Marie-Aude Murail, L’école des loisirs, Médium +.

Sauveur-et-filsL’histoire, vous la connaissez. J’en expose quelques bribes ici ou . Alors que penser de ce tome 4 ? Déjà, scandaleux, c’est le dernier. Et c’est très difficile de se dire que l’on doit quitter ainsi nos chers personnages. J’aurais aimé les accompagner encore un peu, connaître leur futur, découvrir leur vie… Drame, l’auteur fait faux bond. Passés ces regrets, je porte mon coup de cœur au tome 3, s’il fallait en choisir un. Mais, bien sûr, je ne peux que vous re-re-re-conseiller de lire cette série. Et si vous m’avez déjà écoutée, vous n’avez même pas besoin de cet article puisque vous êtes nécessairement accro aux tomes précédents.
Sauveur, tu vas me manquer.
Ella, ne le dis pas, mais tu étais ma préférée.

Chasseur de cyclones

Chasseur de cyclones, Christine Avel, L’école des loisirs.

chasseur de cyclonesComme dans de nombreux livres de la maison, on a une ado avec un quotidien lambda mais une écriture un tant soit peu adulte qui crée l’intérêt. Bon. Ici, le point d’accroche est la photo. Il aurait été intéressant d’en inclure d’ailleurs au fil de la lecture. Car il est vrai que l’auteur en parle, en parle bien, donne envie d’en voir et d’en faire. C’est un bon point. Mais… cela suffit-il à maintenir l’intérêt et à captiver un lecteur ado ? Le doute est plus que permis. Dommage car l’auteur a du style. Une prochaine fois, le mille sera peut-être atteint.

Sauveur et fils, Saison 3

Sauveur et fils, Saison 3, Marie-Aude Murail, L’école des loisirs.

sauveurs et fils 3Où l’on retrouve avec plaisir ceux que l’on s’est mis à aimer : notre grand psy au grand cœur, notre Ella, le jeune Gabin… et Gervaise, bien sûr. Et où l’on rencontre aussi de nouveaux personnages, de nouveaux tableaux, de nouvelles histoires.
Est-il possible de créer un troisième tome meilleur que les précédents volumes d’une série. Si la généralité est souvent négative, voici le tome qui fait exception : on a bien ici la suite d’une suite encore plus captivante et passionnante que les premiers épisodes. Peut-être car on s’attache davantage encore aux figures que l’on y croise, peut-être car l’addiction est définitivement avérée, peut-être car Marie-Aude Murail nous montre encore une fois qu’elle est une incroyable auteure. Qu’importe au fond la raison, voilà qu’on a l’ivresse, celle de la passion dévorante de lire encore et encore, celle de ne plus quitter, jamais jamais, nos personnages, celle qui nous faire dire : alors, la saison 4 ?

L’école de ma vie

L’école de ma vie, Marie Desplechin, Glen Chapron, L’école des loisirs, Mouche.

L-ecole-de-ma-vieFanta est en vacances. Enfin… cela, c’est ce qu’elle croyait. Car voilà que l’amie de sa maman qui l’emmène en vacances veut à tout prix qu’elle s’entraîne à lire. Pour Fanta, c’est insupportable. Elle trouve plein de stratégies pour reporter la séance ou faire semblant de savoir.
Dans ce court roman, les émotions de la jeune enfant sont parfaitement bien retranscrites et passent aisément au lecteur. Ainsi, au fil des pages, on ressent le malaise ambiant, l’angoisse montante, la paralysie de l’exercice. Marie Desplechin a su trouver les mots justes et a choisi des scènes très vraisemblables pour évoquer ce sujet très important. Voici un livre à conseiller à tous les jeunes lecteurs un peu anxieux mais aussi aux adultes qui veulent à tout prix « bien faire ».

Je veux rester fils unique

Je veux rester fils unique, Yann Coridian, Gabriel Gay, L’école des loisirs.

je veux rester fils uniqueLes parents de Paul osent lui faire le pire des affronts : lui ôter son statut de fils unique. Et sa mère est grosse, terriblement grosse. Pour Paul, c’est plus qu’une tragédie, c’est tout simplement inconcevable.
Que ce récit est juste et drôle ! C’est simple : le lecteur ressent parfaitement les émotions de son personnage et ne peut que savourer les scènes narrées. En plus, les illustrations de Michel Gay ajoutent encore plus de plaisir de lecture et l’ensemble forme un roman parfaitement réussi. À conseiller à tous les futurs aînés, cela va de soi.

Sauveur et fils, saison 2

Sauveur et fils, saison 2, Marie-Aude Murail, L’école des loisirs.

sauveur et fils 2Ah, quel plaisir de retrouver de vieux amis ! Car depuis la fin du tome 1, il est certain que les personnages de Marie-Aude nous ont manqué. Loin de la figure de papier, ils ont continué à s’insinuer dans nos pensées, à faire vivre les souvenirs, à vivre, finalement. Et, enfin, on a l’occasion de les côtoyer, de prendre de leurs nouvelles, de suivre leurs péripéties. Comme dans la vie, chacun a naturellement ses chouchous et pense même, secrètement, quelque chose sur la vie de l’autre. Elle a ce don, Marie-Aude, de tant coller à la vie que l’on ne peut croire qu’à la vraie, et agir face aux lignes comme aux secondes de la vie. Bref, ce réalisme passionne, naturellement. Et la saison 2 embarque son lecteur avec efficacité. Heureusement, la saison 3 n’est pas loin. Ouf, il ne faudrait pas nous abandonner après d’aussi belles rencontres.