Chasseur de cyclones

Chasseur de cyclones, Christine Avel, L’école des loisirs.

chasseur de cyclonesComme dans de nombreux livres de la maison, on a une ado avec un quotidien lambda mais une écriture un tant soit peu adulte qui crée l’intérêt. Bon. Ici, le point d’accroche est la photo. Il aurait été intéressant d’en inclure d’ailleurs au fil de la lecture. Car il est vrai que l’auteur en parle, en parle bien, donne envie d’en voir et d’en faire. C’est un bon point. Mais… cela suffit-il à maintenir l’intérêt et à captiver un lecteur ado ? Le doute est plus que permis. Dommage car l’auteur a du style. Une prochaine fois, le mille sera peut-être atteint.

Publicités

Sauveur et fils, Saison 3

Sauveur et fils, Saison 3, Marie-Aude Murail, L’école des loisirs.

sauveurs et fils 3Où l’on retrouve avec plaisir ceux que l’on s’est mis à aimer : notre grand psy au grand cœur, notre Ella, le jeune Gabin… et Gervaise, bien sûr. Et où l’on rencontre aussi de nouveaux personnages, de nouveaux tableaux, de nouvelles histoires.
Est-il possible de créer un troisième tome meilleur que les précédents volumes d’une série. Si la généralité est souvent négative, voici le tome qui fait exception : on a bien ici la suite d’une suite encore plus captivante et passionnante que les premiers épisodes. Peut-être car on s’attache davantage encore aux figures que l’on y croise, peut-être car l’addiction est définitivement avérée, peut-être car Marie-Aude Murail nous montre encore une fois qu’elle est une incroyable auteure. Qu’importe au fond la raison, voilà qu’on a l’ivresse, celle de la passion dévorante de lire encore et encore, celle de ne plus quitter, jamais jamais, nos personnages, celle qui nous faire dire : alors, la saison 4 ?

L’école de ma vie

L’école de ma vie, Marie Desplechin, Glen Chapron, L’école des loisirs, Mouche.

L-ecole-de-ma-vieFanta est en vacances. Enfin… cela, c’est ce qu’elle croyait. Car voilà que l’amie de sa maman qui l’emmène en vacances veut à tout prix qu’elle s’entraîne à lire. Pour Fanta, c’est insupportable. Elle trouve plein de stratégies pour reporter la séance ou faire semblant de savoir.
Dans ce court roman, les émotions de la jeune enfant sont parfaitement bien retranscrites et passent aisément au lecteur. Ainsi, au fil des pages, on ressent le malaise ambiant, l’angoisse montante, la paralysie de l’exercice. Marie Desplechin a su trouver les mots justes et a choisi des scènes très vraisemblables pour évoquer ce sujet très important. Voici un livre à conseiller à tous les jeunes lecteurs un peu anxieux mais aussi aux adultes qui veulent à tout prix « bien faire ».

Je veux rester fils unique

Je veux rester fils unique, Yann Coridian, Gabriel Gay, L’école des loisirs.

je veux rester fils uniqueLes parents de Paul osent lui faire le pire des affronts : lui ôter son statut de fils unique. Et sa mère est grosse, terriblement grosse. Pour Paul, c’est plus qu’une tragédie, c’est tout simplement inconcevable.
Que ce récit est juste et drôle ! C’est simple : le lecteur ressent parfaitement les émotions de son personnage et ne peut que savourer les scènes narrées. En plus, les illustrations de Michel Gay ajoutent encore plus de plaisir de lecture et l’ensemble forme un roman parfaitement réussi. À conseiller à tous les futurs aînés, cela va de soi.

Sauveur et fils, saison 2

Sauveur et fils, saison 2, Marie-Aude Murail, L’école des loisirs.

sauveur et fils 2Ah, quel plaisir de retrouver de vieux amis ! Car depuis la fin du tome 1, il est certain que les personnages de Marie-Aude nous ont manqué. Loin de la figure de papier, ils ont continué à s’insinuer dans nos pensées, à faire vivre les souvenirs, à vivre, finalement. Et, enfin, on a l’occasion de les côtoyer, de prendre de leurs nouvelles, de suivre leurs péripéties. Comme dans la vie, chacun a naturellement ses chouchous et pense même, secrètement, quelque chose sur la vie de l’autre. Elle a ce don, Marie-Aude, de tant coller à la vie que l’on ne peut croire qu’à la vraie, et agir face aux lignes comme aux secondes de la vie. Bref, ce réalisme passionne, naturellement. Et la saison 2 embarque son lecteur avec efficacité. Heureusement, la saison 3 n’est pas loin. Ouf, il ne faudrait pas nous abandonner après d’aussi belles rencontres.

Bizarre… Bizarre, Monsieur Monsieur et Mademoiselle Moiselle

Bizarre… Bizarre, Monsieur Monsieur et Mademoiselle Moiselle, Claude Ponti, L’école des loisirs.

bizarre bizarreAh les petits formats de Claude Ponti ! Qu’ils sont attendrissants ! On a envie de tous les avoir dans notre bibliothèque et de savourer à chaque instant les courtes histoires qui y sont narrées. Dans celle-ci, il arrive quelque chose de bien étrange à Monsieur Monsieur et Mademoiselle Moiselle : à chaque fois qu’ils se rencontrent, ils perdent des petits bouts, des petits morceaux, d’eux-mêmes. Pas de doute, voilà bien ce qu’il survient, lorsque l’amour entre dans la danse.
Quelle est pleine de poésie cette courte histoire ! Quelles sont mignonnes ces petites souris amputées, vouées à se retrouver pour se combler ! Bref, vous l’avez compris, j’adore Monsieur Monsieur et Mademoiselle Moiselle et, comme eux, j’ai laissé un bout de moi-même entre les pages dès la première lecture ; je suis désormais vouée à ne plus jamais les quitter.

Totoche et la petite maison de Meredith

Totoche et la petite maison de Meredith, Catharina Valckx, L’école des loisirs, Kilimax.

Totoche et la petite maison de MeredithMeredith trouve une armoire, qui serait superbe comme maison de campagne. Mais voilà que Totoche découvre à son tour le meuble et l’emporte chez lui… sans savoir qu’il contient Meredith. Les deux amis vont-ils cohabiter ? Malheureusement, un fromage va causer une grande dispute… et le loup va même s’emmêler dans l’affaire.
Totoche, cette souris qui parle sans cesse, je l’aime beaucoup. Et cette histoire avec son amie la coccinelle est totalement savoureuse. Les personnages sont terriblement attachants, le suspense bien mis en scène et le dénouement très appréciable. Bref, Totoche et Meredith, je les aime énormément et il est certain que les jeunes lecteurs prendront autant de plaisir que moi à la lecture de cet album.

D’un côté… et de l’autre

D’un côté… et de l’autre, Gwendoline Raisson, Ella Charbon, L’école des loisirs, Loulou & Cie.

DunCoteEtDeLautre-entier_Mise en page 1Mais que fait-il donc là, cet étrange mur, qui bloque tout passage et dont on ne voit pas ce qu’il cache ? Un ballon apparaît, puis des avions… Et toute tentative pour passer de l’autre côté se solde par un échec. Ah non ! Il y a un trou…
À ce moment de la lecture, grand vertige, la lecture change de sens et le lecteur est invité… de l’autre côté. Là-bas, deux oursons s’interrogent également et se demandent même si un monstre ne serait pas de l’autre côté. Finalement, les voilà qui découvrent à leur tour le fameux trou.
Les pages se répondent, le parallélisme prend son sens et le plaisir de lecture s’étend alors sur plusieurs lectures. En effet, il faut du temps, pour les plus jeunes lecteurs, pour établir toutes les connexions entre les pages et bien positionner les éléments de l’histoire. Mais quand, magie !, tout prend sens, quel plaisir de lecture ! Quant aux illustrations, graphiques et simples, elles aident à concentrer l’attention sur l’essentiel.
Une belle aventure littéraire, un beau jeu de lecture experte, pour les plus jeunes, dont les compétences seront déployées en même temps que grandira le rire de la compréhension.

Qui dort ici ?

Qui dort ici ?, Sabine De Greef, Pastel, L’école des loisirs, Bébémax.

qui dort iciAttention, attention, tu es pourtant mis en garde, il serait préférable de refermer le livre ! Mais si tu oses continuer à tourner les pages, mieux vaut ne pas faire de bruit. Il ne faut pas non plus trop s’approcher pour ne pas qu’il nous entende. Qui ? Celui dont le museau dépasse bien entendu ! Des oreilles bien noires, une fine moustache, des petites pattes griffues… mais qui est donc sous les couvertures ?
Ce petit livre engendre dès le début de sa lecture une grande part d’interactivité avec le jeune lecteur. Amusé, un peu apeuré, l’enfant frémit alors de plaisir à chaque tourne de page et se demande ce que lui réserve le dénouement. Réalisé avec de belles photographies, l’album gagne en originalité tant par ce choix d’illustration que par le dialogue engagé avec le lecteur. Voici un album fort sympathique, qui devrait certainement ravir les plus jeunes lecteurs.

qui dort ici inter

Mademoiselle Sauve-qui-peut

Mademoiselle Sauve-qui-peut, Philippe Corentin, L’école des loisirs.

Mademoiselle Sauve-qui-peutOn l’appelle « Sauve-qui-peut » car cette petite fille fait sans cesse des bêtises. La voilà qui embête tout le monde ! Et tout le monde en a bien assez ! Ne faisant rire personne, elle est fuie par chacun ! Même sa mère en a ras les couettes et l’envoie chez sa grand-mère, histoire de respirer un peu. Et qui est dans le lit de la mère-grand ? Le loup, bien entendu !
Quel détournement savoureux du conte classique ! Cette petite chipie, ni en chaperon, ni rouge, n’a rien à voir avec le petit chaperon rouge : c’est bien simple, Mademoiselle Sauve-qui-peut, on la déteste ! Et on l’adore ! Car quel bonheur de voir toutes les farces qu’elle fait subir aux autres, de constater comment le loup a peur d’elle, de jubiler du dénouement. Bref, l’auteur tord le conte, retourne tous les stéréotypes, et nous, lecteurs, on savoure à chaque instant ses mots pleins d’humour et ses illustrations originales.
Mademoiselle Sauve-qui-peut, on t’adopte ! (Enfin… juste en livre…)

20170512_101429