L’année où tout a changé

L’année où tout a changé, Jill Hucklesby, Maïca Sanconie, Bayard Jeunesse.

L'année où tout a changéAmy adore nager. Elle devient même une championne. Mais soudain, un accident bouleverse sa vie.
Ce roman ne raconte pas une histoire très originale mais le traitement du sujet n’est pas déplaisant. L’écriture est agréable et les situations assez réalistes bien qu’un poil artificielles. La construction est globalement convenue mais ce n’est pas si important : même sans suspense sur le dénouement, on prend plaisir à suivre le quotidien de l’héroïne. Ce n’est donc pas le roman du siècle mais c’est une lecture qui divertit et engendre quelques émotions.

Publicités

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs, Sidonie Van Den Dries, Bayard Jeunesse.

miss peregrineDans cette histoire, sur fond de Seconde guerre mondiale, des enfants. Mais pas n’importe quels enfants… d’étranges enfants aux apparences et aptitudes particulières.
De quoi plonger le lecteur dans un monde merveilleux en un clin d’œil ! Ce roman a toutes les qualités du genre et l’écriture est rondement bien menée. On est happé par l’univers, l’atypisme des personnages et le déroulement de l’histoire. Seul bémol chez moi : j’avais vu le film avant de lire le livre, ô terrible erreur, cela a gêné ma lecture car les histoires vues se superposaient au texte et empêchaient le processus imaginaire de fonctionner entièrement.
Voilà en tout cas un classique à avoir nécessairement dans toutes les bibliothèques et à lire absolument avant de voir l’adaptation, qui respecte bien l’œuvre d’origine.

A cœurs ouverts

A cœurs ouverts, Jessi Kirby, Vanessa Rubio-Barreau, Bayard Jeunesse.

A-coeurs-ouvertsRetrouver le receveur du cœur du petit ami décédé, voilà l’idée folle d’Emily. Et ce qui est encore plus fou, c’est de tomber amoureuse une deuxième fois du même cœur.
Ce roman a la réputation de grandement émouvoir. Mais tout est tellement prévisible dès la lecture de la quatrième de couverture que cela gâche un peu la naissance des sentiments. En effet, tout est archi convenu dans cette histoire, on en devine l’entière construction. Et le côté guimauve fleur bleue peut vite lasser. Il est certain que le roman plaira aux jeunes qui ont le cœur tendre mais ce ne sera pas non plus la lecture du siècle.

La boîte magique d’Houdini

La boîte magique d’Houdini, Brian Selznick, Agnès Piganiol, Bayard Jeunesse.

La boîte magique d'HoudiniVictor adore Houdini. Lui aussi aimerait sortir des malles, rester une éternité sous l’eau et connaître tous ses secrets. Voilà que le hasard lui fait rencontrer le célèbre magicien ! Houdini livrera-t-il ses secrets ?
Ce premier roman de l’auteur annonce déjà ses grands romans à venir. On retrouve le style plein de suspense du récit et le dessin, magnifique et tellement riche en émotions, qui charme à chaque page. Ici, l’image accompagne le texte sans porter la narration mais quelle beauté dans l’union de l’ensemble et dans la transmission des sensations ! Encore une grande réussite ! Et le supplément, qui porte à la fois sur Houdini et sur l’auteur, est totalement captivant. Riche en informations documentaires, il donne envie d’en savoir davantage encore sur le travail de l’auteur.

Le musée des merveilles

Le musée des merveilles, Brian Selznick, Danièle Laruelle, Bayard Jeunesse.

Le-musee-des-merveilles1927 : une petite fille sourde part à New York pour suivre la trace d’une célèbre actrice. 1977 : un petit garçon en deuil de sa mère part à New York sur la trace de son père.
Bien sûr, le croisement va avoir lieu. Et le lecteur attend. Savoure. Déguste. Car les livres de Brian Selznick sont des œuvres d’art que l’on admire longuement. Le graphisme crée la narration, le texte et l’image se rejoignent, et la création originale impressionne.
Quel talent de d’alterner ainsi le texte et l’image, de générer des ponts, de provoquer ainsi tant d’émotions ! Les œuvres de l’auteur ne se résument pas et, finalement, l’histoire importe peu. Car c’est bien tout l’exercice narratif qui subjugue totalement le lecteur. Vraiment, une grande œuvre.
A dévorer d’une traite et à relire ensuite pour en savourer le moindre trait, le moindre mot.

The Rain, Après l’apocalypse

The Rain, Après l’apocalypse, Virginia Bergin, Anath Riveline, Bayard Jeunesse.

The Rain, Après l'apocalypseQu’il est difficile d’entamer un tome 2 lorsque l’on sait que l’on a passionnément dévoré le premier ! Car le risque de cassure est très élevé. L’auteure saura-t-elle maintenir le suspense maintenant que le principe a été posé ? Les personnages vont-ils nous captiver alors que nous les connaissons déjà bien ? Quelle nouveauté va créer l’adhésion ?
Eh bien sachez que Virginia Bergin réussit haut la main ce périlleux défi ! D’abord, le style est toujours fantastiquement incroyable. Un mélange de trash et d’humour qui crée un résultat détonnant. On dévore les pages rien que pour savourer le discours de l’héroïne. Ensuite, l’intrigue a de nombreuses surprises et, même si j’avais pour ma part des doutes sur la principale depuis le tome précédent, j’ai grandement apprécié les coups de théâtre et rebondissements narrés. Enfin, ce roman a ce je-ne-sais-quoi qui crée l’adhésion profonde du lecteur. On n’a pas envie de quitter les personnages, on en veut encore. Et pourtant, le point final est là et le risque du tome 3 serait encore plus osé. Alors Virginia, on relève ce nouveau défi ?

The Rain, Tome 1

The Rain, Tome 1, Virginia Bergin, Sidonie Van Den Dries, Bayard Jeunesse.

CVT_The-rain-tome-1_3394Soudainement, la pluie devient mortelle. Une goutte et vous êtes morts.
Dans ce roman apocalyptique, le lecteur suit la narratrice dans toute son aventure. Sans ellipse, le roman narre tout, absolument tout. Car comment comprendre au début ? Comment se débrouiller ? Comment survivre ? Et l’auteur brille dans ces choix scénaristiques. Elle évite les clichés, ose faire mourir ceux qui habituellement survivent et nous plonge dans une angoisse sans fin. On dévore alors le roman, on frémit à chaque page, on veut savoir. Et arrivé au dénouement, on veut immédiatement le tome suivant. Cela tombe bien, il est sorti.
Bravo à l’auteur d’avoir su innover car le principe de l’apocalypse regorge de déjà-vus et bravo pour son style addictif qui capte immédiatement et durablement l’attention du lecteur.

Dummie Tome 1, Le scarabée d’or

Dummie Tome 1, Le scarabée d’or, Tosca Menten, Vincent Folliet, Bayard jeunesse.

dummie-la-momie-et-le-scarabee-d-or-9782747053952_0Jules découvre une momie. Une vraie momie… vivante ! Surnommée Dummie, la momie doit apprendre à vivre dans cette nouvelle époque. Et, bientôt, il est même temps de l’emmener à l’école.
Dans ce roman, les situations incongrues sont vite acceptées et le rire l’emporte. Bien sûr, seule la réaction des adultes porte au scepticisme : n’auraient-ils pas l’idée de tout révéler au musée ? Mais une fois accepté le principe, le roman se savoure. L’humour est omniprésent et le roman bien construit. L’auteur trouve sans cesse de nouvelles idées pour relancer l’intérêt du lecteur. Quelle trouvaille que Dummie soit désagréable ou violent ! C’est une riche idée que ne pas en avoir fait un ange. Ensuite, les péripéties des relations avec les camarades font avancer l’intrigue générale. Aussi, tout au long du roman, c’est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur l’Égypte et les pharaons.
Voici un tome 1 fort sympathique qui donnera sans doute envie aux jeunes lecteurs de vite découvrir la suite.

Un fantôme à l’école

Un fantôme à l’école, Les enquêtes du CP, Anne Rivière, Marie Leghima, Bayard jeunesse, Petit à petit je lis.

un-fantome-a-lecoleMais quels sont ces drôles de bruit autour de la classe ? Pour les enfants, pas de doute, c’est un fantôme !
Dans cette enquête, le texte est bien pensé pour les premiers lecteurs. On a des phrases courtes mais pas trop simplifiées non plus, des précisions spatio-temporelles nécessaires et une bonne identification des personnages. L’histoire, un brin policière, permet de captiver l’attention du jeune lecteur et donne envie de poursuivre la lecture à chaque page. Grâce aux indices semés au fil du texte, le lecteur devient même à son tour enquêteur ! Et les illustrations sont là pour accompagner la bonne compréhension de certains passages : un bon duo texte-image.
Voici un ouvrage fort bien pensé pour nos jeunes lecteurs qui découvrent leurs premiers textes.

Le petit doigt de madame Olga

Le petit doigt de madame Olga, Les filous du CP, Mr Tan, Aurore Damant, Bayard Jeunesse, Tu lis je lis.

Le-petit-doigt-de-madame-OlgaC’est incroyable : en classe, le petit doigt de madame Olga, la maîtresse, entend tout, absolument tout ! Comment faire pour que ce petit doigt laisse enfin les élèves faire leurs bêtises en paix ? C’est l’heure de la concertation et de la profusion d’idées.
Ah, ces maîtresses qui voient avec leur troisième œil caché derrière la tête, qui entendent avec leur petit doigt magique, et qui découvrent tous les secrets des élèves. Voilà un mystère que bon nombre d’enfants aimeraient élucider. Ici, le petit roman permet de rire de ces situations un peu « magiques ». Le jeune lecteur débutant verra sa lecture bien guidée grâce à l’alternance de l’oralisation (l’enfant est invité à ne lire que les dialogues) et tout est fait pour veiller à une bonne compréhension de l’histoire. Ainsi, les illustrations aident en étant redondantes du texte et les dialogues sont précédés de l’illustration du personnage qui parle. Voici un ouvrage d’une grande fraîcheur pour débuter sereinement et avec plaisir la lecture : à conseiller à tous les enfants de CP et à leurs enseignants.