#Bleue

#Bleue, Florence Hinckel, Syros, Soon.

bleueMaintenant, on sait éradiquer la douleur. Il suffit de contacter la CEDE et la douleur n’a plus comme trace qu’un point bleu sur le poignet. D’ailleurs, quand sa petite-amie décède soudainement dans un accident, Silas est bien content de ne pas avoir à souffrir. Il peut du coup reprendre une vie normale. Mais… la douleur n’est-elle pas parfois utile ?
Quelle dystopie intéressante ! Ce roman soulève énormément de questions sur l’importance des sentiments, des pensées personnelles, des liens entre les émotions… et l’on est alors forcément concernés par l’histoire racontée. En effet, les arguments de chaque partie s’entendent. Et bien que l’auteur invite à conclure dans un sens, le questionnement est en tout cas au départ soulevé avec objectivité. Aussi, les personnages sont attachants et l’intrigue a du rythme. Du coup, on lit avec avidité, on réfléchit, on veut savoir. Certes, certains retournements se devinent, ainsi que le fil général de l’histoire. Mais qu’importe, on accroche.
Voici ainsi une dystopie différente et réussie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s