Inaccessibles, Plus dure sera la chute, Tome 1, La tour aux mille étages

Inaccessibles, Plus dure sera la chute, Tome 1, La tour aux mille étages, Catherine McGee, Isabelle Troin, Michel Lafon.

inaccessiblesL’auteur a eu une idée : créer un avenir où une immense tour de mille étages vaut classement social. Bon. Pourquoi pas. L’auteur a eu une seconde idée : annoncer dès le début la mort d’un protagoniste mais en laissant le mystère de son identité et de la cause de son décès. Re bon. Re pourquoi pas. Cela a le mérite de générer un suspense dès le début et d’intriguer le lecteur. L’auteur a eu encore une idée : donner l’impression futuriste avec des prénoms sortis de son imagination. Euh… non, cela, on s’en serait passé. Et l’auteur n’a ensuite pas vraiment eu d’idée mais a vraisemblablement eu envie d’écrire un pavé malgré tout. Du coup, elle a la recette : multiplier les personnages, multiplier du même coup les intrigues secondaires, patouiller pour que la sauce prenne (mais cela ne prend pas) et surfer sur les bons gros clichés familiaux et amoureux. Et le topo de départ ? Oui, oui, elle fera le lien puisque de toute façon elle l’a annoncé. Donc elle va tout tirer par les cheveux, mener sa narration sans avoir de réelle anticipation de construction et… saouler bien vite le lecteur qui aura envie de refermer le livre avant la centaine de pages tant tout cela semble former un indigeste brouillon.

Publicités

Pacco fait son show, Boys vs Girls

Pacco fait son show, Boys vs Girls, Tapas.

pacco-fait-son-show-boys-vs-girlsLa quatrième de couverture, j’adore. On a bien le style du one man show, l’illusion de jaquette et l’humour omniprésent jusque dans les dernières lignes (oui, j’ai lu les toutes toutes petites lignes). Pour l’intérieur… l’avis est plus mitigé. Alors oui, certains gags marcheront auprès de quelques lecteurs. Oui, l’impression de one man show est bien tenue du début à la fin, même si le style graphique n’a pas été réfléchi et poussé au maximum. Mais pour l’humour, on surfe quand même principalement voire uniquement sur les gros clichés. Et si, parfois, cela peut fonctionner, là, c’est l’overdose. Du coup, c’est indigeste et on en garde un souvenir insipide. Dommage.

La ligne droite

La ligne droite, Hubert, Marie Caillou, Glénat.

la ligne droiteC’est une histoire d’amour. Qui tâtonne. Qui hésite. Qui vit ses premiers frissons. Ah, le premier baiser !
On frémit à chaque page avec notre protagoniste timide et hésitant, on ressent ses craintes et ses doutes, on tremble, on vit. Ainsi, l’émotion passe avec une justesse qu’il est rare d’atteindre. J’avais déjà été fortement touchée par La chair de l’araignée il y a quelques années et le duo d’auteurs nous prouve encore une fois leur talent tant dans l’écriture, la mise en scène, le dessin que le soin du détail. Un beau duo, une belle lecture. Vivement une nouvelle création.

Entrer dans la danse, L’envers du Ballet de l’Opéra de Paris

Entrer dans la danse, L’envers du Ballet de l’Opéra de Paris, Joël Laillier, CNRS éditions.

L'envers du Ballet de l'Opéra de ParisDans cet ouvrage, l’auteur expose le quotidien, les épreuves, les règles des danseurs des petits rats puis de ceux du Ballet, mais aussi la vie et les difficultés rencontrées par la famille. Tout commence d’abord par les épreuves, les concours, les sélections, interminables. Il y a la quête d’un corps parfait. Il y a la concurrence. Il y a les horaires.
Il est certain qu’au fil des pages, on s’aperçoit vite que ce « destin » d’étoile est loin de faire rêver. Il faut passer par un stress permanent, des efforts durs et constants, des sacrifices. Point de jugement au fil des pages mais le lecteur a nécessairement son opinion : soit de songer que le jeu en vaut la chandelle, soit que tout cette Institution équivaut au comble de l’horreur. Bien sûr, avant lecture, le lecteur se doute de certaines difficultés mais à travers la précision de l’étude et les extraits des témoignages, tout cela prend une autre ampleur.
Voici un ouvrage très bien réalisé et passionnant pour tous ceux qui s’intéressent à ces mystérieux danseurs de l’Opéra.

7, Cause perdue

7, Cause perdue, John Wilson, Christian Morissette, Fleurus.

7 cause perdueLe principe est attrayant : 7 livres pour 7 missions confiées à 7 petits-fils d’un même grand-père décédé.
On a une intrigue propre à chaque tome et un fil rouge continu, bien sûr. En plus, l’auteur sème beaucoup d’infos de contexte historique, ce qui est intéressant. Mais, dommage, le suspense est trop maigre et l’ennui surgit vite. Car, finalement, tout coule de source. Point de véritable mise en danger, de vrais doutes, de rebondissements. L’avancée est linéaire et du coup cela manque de peps et de dynamisme. On a certes le principe en théorie bien sympathique du roman qui se lit comme une série (faisant penser à Conspiration365) mais… dommage, l’ennui prime.

Cléopâtre princesse de l’espace, tome 1, La prophétie des étoiles

Cléopâtre princesse de l’espace, tome 1, La prophétie des étoiles, Mike Maihack, Grafiteen.

cleopatreIl ne faut pas avoir peur de lire le résumé de la quatrième de couverture : Cléopâtre se retrouve téléportée dans un futur très lointain et doit affronter une terrible menace. Évidemment, l’adolescente a aussi des cours et des copines.
Bon, dit comme cela, il est certain que le résumé fait peur : quel est ce mélange des genres totalement improbable ? Pourquoi choisir Cléopâtre comme héroïne ? Une fois ces curiosités admises comme telles, on peut cependant trouver des qualités à l’ouvrage : une mise en page très aérée qui incite à la lecture, surtout pour d’éventuels lecteurs réticents aux gros blocs de texte ; de l’action, de l’humour et des personnages attrayants et une histoire pleine de dynamisme et de suspense. Du coup, si on admet les bizarreries et que l’on passe sur les quelques clichés et facilités scénaristiques, on a une œuvre qui devrait plaire aux plus jeunes des lecteurs.

Nailbiter, tome 1, Le sang va couler

Nailbiter, tome 1, Le sang va couler, Williamson, Henderson, Guzowski, Glénat comics.

nailbiter tome 1Des tueurs en série, diverses techniques d’assassinat, une ville, des cadavres.
Il est certain que les amateurs de sang seront comblés. Mais pas seulement ! Car on a ici un vrai suspense, des indices, une réelle construction de thriller et des personnages forts. Du coup, on a un grand plaisir de lecture sur chacune des scènes tout en ayant envie de connaître le dénouement de l’histoire. Mais pour cela, patience, il faut lire les tomes suivants. Ce que je ferai très certainement prochainement.

Normal(e)

Normal(e), Lisa Williamson, Mathilde Tamae-Bouhon, The art of being normal, Hachette jeunesse.

normal(e)David est né dans un corps de garçon mais il est une fille. Ou plutôt, pour l’instant, il veut être une fille. Mais comment l’annoncer à ses parents qui pensent qu’il est gay ? Heureusement, sa rencontre avec Leo va bouleverser sa vie.
Voici un roman sur les enfants transgenres tout en finesse et délicatesse. Non sans rappeler les récents George et Celle dont j’ai toujours rêvé, ce roman se différencie par l’omniprésence de la banalité de l’adolescence de ses deux personnages principaux. David et Leo ont leurs premiers amours, leurs premières fêtes, leurs premières cuites. Bien sûr, l’identité sexuelle interroge mais elle fait partie d’un tout plus grand : la vie. Voici un roman qui aborde ce sujet important sans entrer dans les clichés : une belle réussite.

Inséparables

Inséparables, Sarah Crossan, Clémentine Beauvais, Rageot.

inséparables
Elles sont siamoises.
Mais non, voyons,
elles sont surtout Grace et Tippi.
Tippi et Grace.
Deux jeunes filles,
certes reliées,
mais totalement adolescentes.
Qui font des expériences.
Qui ont envie de vivre.
Qui vivent.
Quelle histoire, quelle narration, quelle poésie, quelle intensité ! Voici une œuvre d’excellence qu’il faut absolument lire. Le récit est palpitant, les mots sont justes, l’approche est parfaite et l’émotion, ah l’émotion… un tsunami de lecture qui saisit à la gorge et bouleverse intensément.
Grace et Tippi, je ne pourrai plus les oublier. Ne passez pas à côté.

Emma et Capucine, tome 2, Premiers doutes

Emma et Capucine, tome 2, Premiers doutes, Jérôme Hamon, Lena Sayaphoum, Dargaud.

Premiers-doutesEmma et Capucine, leurs vies, leurs amours, leurs doutes, leurs amitiés, leurs amours, leurs danses : je ne peux plus les quitter.
Ces personnages sont toujours intensément réalistes et attachants et l’histoire de ce tome déchire tout autant le cœur que la première. Riche en émotions, la lecture se fait d’une traite avec un plaisir omniprésent à chaque page. Vous l’avez compris, c’est une série à suivre.
Et dépêchez-vous, dans la première édition de ce tome, il y a un superbe poster offert et quelques (magnifiques) planches supplémentaires.