Dysfonctionnelle

Dysfonctionnelle, Axl Cendres, Sarbacane, X’, Exprim.

DysfonctionnelleC’est compliqué d’être surdouée dans la famille de Fifi. D’abord parce que les membres en sont nombreux. Ensuite, peut-être, car son père est souvent en prison et sa mère parfois à l’asile. Enfin, car photographier la connaissance ne permet pas toujours de tout savoir. Surtout en amour.
Axl Cendres nous invite à faire la connaissance d’une incroyable famille. Et on plonge avec grand plaisir : on s’attache à ses types loin des stéréo(types), qui cassent les codes et les règles et imposent leur réalisme ; on savoure leur bizarrerie et leur étrangeté ; on s’attache. Alors bien sûr, l’émotion surgit, surtout quand l’amour avec un grand A pointe le bout d’un téton. Avec toujours le mot vif, la plume alerte, la tournure inattendue et la syntaxe percutante, on chevauche le texte au galop et on part pour un saut d’obstacle émotionnel. Axl Cendres charme, séduit, envoûte. On en redemande. Un grand livre à dévorer et à faire passer entre toutes les mains.

Publicités

Clochette au pays des merveilles

Clochette au pays des merveilles, Crisse, Pena, Le Lombard.

clochette-pays-merveillesEt si Clochette se retrouvait chez Alice ?
Dans ce mélange d’histoires, on retrouve les personnages phares et les scènes cultes. Mais quelques nouveautés surviennent aussi au détour d’une case. Et les rencontres et péripéties se savourent à chaque fois. On apprécie de connaître ou on aime la surprise. On cherche à anticiper et on se délecte des choix des créateurs. Dans une atmosphère parfaitement réussie, les jeux de lumière créent avec succès un univers fantastique envoûtant. Et quel dénouement fabuleux ! Les mises en abyme prennent de l’ampleur et on salue l’invention des artistes qui ont mené ce détournement à bien. Voici un joli croisement, que je vous conseille vivement.

Dernier été pour Lisa

Dernier été pour Lisa, Valentin Musso, Seuil.

Dernier été pour LisaLisa a été tuée et le meurtrier présumé est relâché. Mais était-il vraiment coupable ?
Ce roman est un diesel : il met un temps fou à se lancer. D’abord, on prend le temps de poser le décor, de bien définir les personnages. Pourquoi pas. C’est un brin longuet mais on a malgré tout envie de savoir. Puis le dernier tiers est enfin celui de l’explosion de révélations. Le lecteur ne cesse d’envisager des pistes qui sont sans cesse démenties trois pages plus loin. Le jeu est amusant et la lecture gagne en intérêt. Le dénouement parvient enfin à surprendre, confirmant alors que l’ensemble forme un bon thriller.

Que du bonheur !, tome 2, Trois fois plus de bonheur… Et de fatigue !

Que du bonheur !, tome 2, Trois fois plus de bonheur… Et de fatigue !, Céline Charles, Bamboo édition.

Que du bonheur !, tome 2, Trois fois plus de bonheur... Et de fatigueEncore une bande dessinée qui parle des mamans et des enfants ? Oui ! Oui mais ! Oui mais celle-ci regorge d’anecdotes originales. Certes, on a un lot de gags attendus et/ou déjà vus sur le sujet. Mais l’auteure ajoute aussi beaucoup de sa vie personnelle, elle se mouille, beaucoup, en osant dire les choses telles qu’elles sont et sans toujours essayer de faire rire juste histoire de. D’autres pages sont des témoignages réfléchis, écrits en parallèle des blagues et cela ajoute une distance et un réalisme qui donne de la force à l’ensemble. Bref, voilà une bd qui sort du lot.

Big Bones

Big Bones, Laura Dockrill, Blandine Longre, Robert Laffont, R.

big bones.jpgBB est grosse. Le médecin lui demande donc de noter ce qu’elle mange. D’écrire un journal alimentaire donc. Et BB nous offre un livre.
En ce moment, c’est assez à la mode d’offrir à lire des héroïnes grosses et loin des stéréotypes de mannequinat. Mais quelque chose me gêne souvent dans ces lectures : sous prétexte de défendre le droit d’avoir des corps différents des mannequins, on prône l’absolue obésité. On peut être bien dans sa peau avec des bourrelets sans mélanger les sujets et mettre en valeur l’obésité dite morbide où la santé est tout de même en danger. D’autant que les romans aboutissent finalement malgré tout à une perte de poids. Toute l’argumentation s’effondre donc. Si on laisse de côté ces réflexions, on peut toutefois noter que le roman est plein d’humour et que l’auteure a un talent indéniable pour mettre en valeur des aliments. Aussi, le texte ne tourne pas qu’autour du poids : on y parle amour, famille, avenir. La lecture reste ainsi divertissante et agréable du début à la fin.

Awake

Awake, Natasha Preston, Axelle Demoulin, Nicolas Ancion, Hachette romans.

awakeScarlett rencontre le beau et parfait Noah. Mais le jeune homme a un secret : il sait ce qu’il s’est passé les quatre premières années de la vie de la jeune fille, ces quatre mêmes années dont Scarlett n’a aucun souvenir.
Ce roman est, comme les précédents de l’auteure, un thriller qui repose sur un suspense haletant. Sauf qu’ici, on halète un peu moins. Le début est d’abord trop teinté de cruchitude amoureuse et la suite laisse peu de place à l’originalité. Malgré un sujet de fond intéressant, la secte, le dénouement ne surprend en rien. La lecture reste agréable mais on aurait aimé un peu plus d’inédits dans le traitement du sujet.

Signe particulier : transparente

Signe particulier : transparente, Nathalie Stragier, Syros.

Signe particulierEsther est transparente pour ses proches, ses amis, sa famille. Si bien qu’à force d’être sans cesse zappée, la jeune fille disparaît vraiment.
Souvenez-vous, j’avais sur-adoré la série La fille du futur. Ici, il ne faut point comparer, le genre n’est pas le même. On n’a pas l’humour génialissime de l’auteure et, bien que j’espérais le retrouver, il faut accepter que l’auteure veuille de la nouveauté. Car bien sûr, avec ce sujet fantastique, on a une métaphore bien réelle, un débat fort et des réflexions nécessairement profondes. Pour autant, le lot de scènes jouissives est bien présent comme celle du vol en boutique. Ce roman est donc totalement différent mais devrait charmer les jeunes ados et les inciter à porter un regard différent sur eux-mêmes et les autres. Et pour l’humour, gageons que l’auteure nous offrira bientôt une nouveauté où il sera à l’honneur.

Nos vies en mille morceaux

Nos vies en mille morceaux, Hayley Long, Laetitia Devaux, Gallimard Jeunesse.

Nos vies en mille morceauxUn accident de voiture dure quelques secondes et change à tout jamais la vie des survivants. Comment recoller les morceaux lorsqu’on est ado ?
Les romans qui reposent sur une scène inévitablement triste (accident, maladie, disparition…) doivent trouver le moyen d’émouvoir le lecteur sans user de pathos trop larmoyant. Ici, point de guimauve. Mais il est pour autant difficile d’être touché car la distance instaurée par la narration est grande. Un retournement vient toutefois donner de l’ampleur au récit et les jeux typographiques, s’ils sont de temps en temps artificiels et inutiles, peuvent à d’autres moments faire naître la poésie. Voilà donc un roman qui saura charmer quelques lecteurs mais qui garde trop de fausses notes pour marquer durablement et plus largement.

End, tome 1

End, tome 1, Elisabeth, Barbara Canepa, Anna Merli, Soleil, Métamorphose.

EndÉlisabeth a 13 ans. 13 ans pour toujours puisque la jeune fille est morte.
Dans cette bande dessinée, on sent immédiatement l’atmosphère de la mort, envoûtante et charmante. Le graphisme est précis, les couleurs bien choisies et le tout plonge le lecteur dans un univers onirique sombre, fort féerique. L’histoire est pleine de poésie et incite à la réflexion : la mort n’est-elle pas sans cesse autour de nous ? Mais il manque tout de même une touche de dynamisme : on aurait aimé une intrigue un chouïa liée à un suspense accru. Cela aurait davantage incité à lire le tome suivant.

Tunnels, Tome 1

Tunnels, Tome 1, Roderick Gordon, Brian Williams, Arnaud Regnauld, Michel Lafon,

tunnels.jpgJe découvre, un peu en retard certes, le fameux Tunnels. Et bien… j’aurais pu m’en passer encore quelques temps. Car dans ce roman d’aventures, peu d’originalités. D’abord, les auteurs posent trop d’éléments au début du texte. On ne sait sur quoi se focaliser et on attend. Enfin, le roman se lance. Mais le texte devient alors linéaire et sans grande surprise. La lecture du tome 1 suffira donc.