La vérité sur Alice

La vérité sur Alice, Jennifer Mathieu, Cécile Tasson, Pocket Jeunesse.

la vérité sur aliceTout le monde dit beaucoup de choses sur Alice. Qu’elle a couché avec deux gars à la suite par exemple. Et qu’elle y est aussi pour quelque chose dans la mort d’un autre.
Ce roman se devine de A à Z. Dès le titre, on se doute que les rumeurs sont fausses, que le roman va tout faire pour faire monter crescendo les aberrations et qu’Alice aura la parole à la toute fin du roman pour rétablir un semblant de vérité.
Bingo, le roman comble toutes les prévisions. Alors oui, cela peut vaguement concerner les ados, les sensibiliser au harcèlement, à la violence que les mensonges peuvent causer et blablabla. Mais franchement, l’écriture est ras des pâquerettes et le manque d’originalité plombe tout début de qualité. Dommage donc.

Publicités

La boîte à musique, Tome 1, Bienvenue à Pandorient

La boîte à musique, Tome 1, Bienvenue à Pandorient, Gijé, Carbone, Dupuis.

la-boite-a-musique-9782800173191_0.jpgUne petite fille hérite de la boîte à musique de sa mère. Et, surprise !, la boîte contient en réalité un monde magique… mais non sans danger !
Voici une histoire qui respecte bien les codes du genre : un univers merveilleux et fantastique avec une voie d’entrée pour le héros, une quête bien identifiable, des adjuvants et des opposants et une chute logique. Bref, l’idéal pour les jeunes lecteurs qui peuvent ainsi découvrir une histoire agréable à lire et qui respecte son contrat de genre.
En plus, le dessin est très féerique et les couleurs bien calibrées pour engendrer merveilleux et suspense.
Une belle bd pour les jeunes lecteurs.

boiteamusique1.jpg

Pandemia

Pandemia, Franck Thilliez, Fleuve noir.

bm_CVT_Pandemia_3009Une grippe sévit chez les oiseaux. Mais n’est-elle pas transmissible aux hommes ? Un autre virus attaque lui aussi… les ordinateurs de l’équipe de Sharko.
Évidemment, lire Sharko avant Pandemia n’est pas l’ordre logique. Je m’étais donc auto-spoilée de grands éléments de l’intrigue, surtout un événement très fort du milieu du roman. Malgré cela, le suspense fut très prenant et le roman dévoré en un petit weekend. On peut saluer le travail, toujours très méticuleux, en ce qui concerne les médicaments, la recherche, etc. Une bonne base scientifique qui crée l’effet de réalisme et l’adhésion du lecteur. On peut toutefois regretter une construction plus que classique et un dénouement fort convenu. Thilliez use du cliché sur les dernières pages, c’est dommage après tout ce travail.
Bien sûr, le titre reste un bon polar, à lire pour les amateurs du genre qui veulent compléter leur série.

Pico Bogue, Question d’équilibre

Pico Bogue, Question d’équilibre, Dominique Roques, Alexis Dormal, Dargaud.

pico-bogue-tome-3-question-d-quilibreLes Pico, il ne faut pas les lire tous d’un coup. Il faut les pico-rer. (Oui, je suis très fière du jeu de mots.)
En effet, à chaque page, un jeu de mots, une pensée, une jolie tournure… vient éclore lors de la chute. Drôle, émouvante, piquante, chaque histoire est différente et inattendue. Et ce charme de la surprise provoque nécessairement un intérêt sans cesse renouvelé, une envie de poursuivre la lecture, de rester encore un peu auprès de ces personnages si bien pensés.
Si vous ne connaissez pas la série, je ne peux que vous la conseiller et vous souhaiter d’agréables instants de lecture.

Kiss & Ice, Tome 1, Butterfly

Kiss & Ice, Tome 1, Butterfly, Claudia et Marco Farcelloni, Vents d’Ouest.

kiss and ice.jpgPourquoi ai-je lu cette histoire, dans son intégralité, à haute voix ? Sur la demande de ma fille de 5 ans, passionnée de tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à de la danse classique. Avec le patinage, on reste dans un domaine artistique proche, n’est-il pas ?
Il est alors certain que le lectorat un bien ciblé : des jeunes (plutôt filles), attiré(e)s par l’univers des figures artistiques et des intrigues d’amitié et d’amour. Ce premier tome remplit bien sa promesse et on a bien ici une histoire (de filles), un brin d’amourette cucul-gnangnan et une mini intrigue d’enquête. On peut regretter que le suspense soit moindre (on devine tout tant le cliché est omniprésent) et le soin de la langue est parfois assez approximatif.
Malgré tout cela, la minicible qui vit chez moi a apprécié. Le contrat est donc rempli.

La première fois qu’on m’a embrassée je suis morte

La première fois qu’on m’a embrassée je suis morte, Colleen Oakley, Alix Paupy, Milady.

la-premiere-fois-qu-on-m-a-embrassee,-je-suis-morte-1000897.jpgJubilee a une terrible allergie : les gens. Leur peau, plus exactement. Quant à Éric, il tente d’apprivoiser Aja, dont les parents sont morts et dont il s’occupe désormais.
Vous le voyez venir n’est-ce pas ? Ce jeu d’alternance de focalisation vous met nécessairement la puce à l’oreille. Et alors ? Et alors vous allez y prendre plaisir ! Car ces deux personnages sont terriblement attachants. Intensément réalistes, fortement irrésistibles, totalement improbables ! On adore leurs bizarreries, leurs défauts, leurs erreurs. On rebondit avec eux sur les péripéties, on a hâte de lire la suite, on dévore et on déguste.
Qu’il fait bon de passer ces moments avec ces personnages ! Au dénouement, une mini frayeur de rester sur ma faim et, ouf, apothéose de satisfaction lectorale.
J’étais déjà accro dès le titre et aucune page ne m’a lassée. Vous l’avez compris, c’est un titre à lire !

Celui qui lisait dans les pensées

Celui qui lisait dans les pensées, Nitya Varnes, Plon.

Celui qui lisait dans les penséesImaginez être télépathe. Ce serait sympathique ? Pratique ? Un peu magique ? Rien de tout cela pour notre narrateur, qui lutte sans cesse pour avoir un quotidien « normal ». En plus, personne ne semble le croire.
Dans ce roman, on passe de situations comiques à d’autres moments forts tragiques. On ressent les angoisses du narrateur, aussi bien que si on avait ce fameux don d’empathie. Du coup, la mise en abyme donne de la force et on adhère au texte. On peut regretter qu’il manque un chouïa de trame plus intense mais l’ensemble reste agréable à lire. Une lecture passagère plaisante donc.

Walking dead, tome 29

Walking dead, tome 29, Robert Kirkman, Charlie Adlard, Delcourt.

walking dead 29Oui, je lis encore la bande dessinée au bout de 29 tomes. Pourquoi ? Car on a toujours un suspense qui fonctionne. Sans ne faire aucun spoiler, sachez que, si vous ne lisez pas ou que vous avez arrêté la série depuis quelques tomes, l’intérêt peut toujours être présent. Certes, on a quelques inégalités au sein des tomes, le rythme n’est pas toujours soutenu et quelques longueurs ralentissent la lecture. Mais les rebondissements sont toutefois prenants et on apprécie de voir que le scénariste prenne toujours des risques, ce qu’il faisait un peu moins dernièrement. S’ajoute à cela une nouveauté : un poil d’humour totalement bienvenu qui m’a fait sourire à plusieurs reprises. Et quel dénouement ! Enfin une scène depuis si longtemps attendue.
Bref, vous allez vous régaler avec la parution de ce tome programmée au 7 mars 2018.

Aquarica, Tome 1, Roodhaven

Aquarica, Tome 1, Roodhaven, Benoît Sokal, François Schuiten, Rue de Sèvres.

Aquarica, Tome 1, RoodhavenUne étonnante créature sort de la mer. Géante, elle intrigue. Mais très vite, le mystère qui l’entoure prend des proportions inattendues.
Dans cette bande dessinée, le fantastique arrive à pas de loup, très doucement, comme un murmure chuchoté au creux de l’oreille. Ainsi, la figure féminine, que l’on peut associer à de nombreux personnages de légendes, devient crédible. On ne peut que remarquer le talent de l’illustrateur qui met à l’honneur tout l’univers maritime tout en créant des nouveautés qui enchantent. Le récit met un peu de temps à se mettre en place mais les dernières pages lancent bien le suspense. De quoi donner envie de lire la suite pour les amateurs du genre.

Jefferson

Jefferson, Jean-Claude Mourlevat, Gallimard Jeunesse.

jeffersonJefferson le hérisson voulait juste aller chez le coiffeur. Manque de chance, il tombe sur une scène de crime. Re manque de chance, il se retrouve accusé de meurtre.
Dans ce roman, les animaux sont totalement humanisés, à un point qui génère nécessairement une forte dimension comique tant les jeux de mots et les situations prêtent au rire. Du coup, c’est tout naturellement que le lecteur entre dans l’univers dépeint. Mais l’intérêt est encore plus dynamisé par le récit policier. Indices, enquête, poursuite, on est à fond dans le polar plein de suspense.
Un petit bémol : je ne suis pas certaine que le trop plein de jeux de mots ne perde pas les jeunes lecteurs. Mais, pour ceux dont les compétences lectorales sont bien développées, ils prendront très certainement un très grand plaisir à découvrir ce roman fort bien écrit.