Danse !, Tome 1, Nina graine d’étoile

Danse !, Tome 1, Nina graine d’étoile, Anne-Marie Pol, Pocket Jeunesse.

Nina-graine-d-etoileDepuis la mort de sa mère, Nina danse avec un nouvel objectif : rester proche de l’être perdu. Alors lorsque son amie lui annonce quitter l’école de danse pour une autre école plus prestigieuse, la jeune fille n’a qu’une envie : passer elle aussi l’audition. Mais son père, désormais au chômage, acceptera-t-il ? Et si en plus une nouvelle belle-mère vient se mêler des discussions, tout se complique.
Dans ce roman, on a le bon équilibre entre la danse et un récit autre. Le lecteur avide de lire des détails techniques sera donc comblé par la précision des positions et exercices. Et il trouvera aussi un intérêt à l’histoire qui, loin d’être platonique, est riche en rebondissements. On a ainsi un personnage bien pensé, un contexte familial intriguant et une histoire qui gagne en intérêt. Bien sûr, on est un peu dans un monde rose cuicui les petits oiseaux mais… Et alors ? Parfois, cela fait du bien, aussi, le bonheur.

Publicités

Sauveur et fils, Saison 3

Sauveur et fils, Saison 3, Marie-Aude Murail, L’école des loisirs.

sauveurs et fils 3Où l’on retrouve avec plaisir ceux que l’on s’est mis à aimer : notre grand psy au grand cœur, notre Ella, le jeune Gabin… et Gervaise, bien sûr. Et où l’on rencontre aussi de nouveaux personnages, de nouveaux tableaux, de nouvelles histoires.
Est-il possible de créer un troisième tome meilleur que les précédents volumes d’une série. Si la généralité est souvent négative, voici le tome qui fait exception : on a bien ici la suite d’une suite encore plus captivante et passionnante que les premiers épisodes. Peut-être car on s’attache davantage encore aux figures que l’on y croise, peut-être car l’addiction est définitivement avérée, peut-être car Marie-Aude Murail nous montre encore une fois qu’elle est une incroyable auteure. Qu’importe au fond la raison, voilà qu’on a l’ivresse, celle de la passion dévorante de lire encore et encore, celle de ne plus quitter, jamais jamais, nos personnages, celle qui nous faire dire : alors, la saison 4 ?

Le vide, Tome 1, Vivre au Max

Le vide, Tome 1, Vivre au Max, Patrick Senécal, Alire.

le-vide,-tome-1---vivre-au-max-299804-264-432Comblée par la lecture d’Aliss, je découvre un autre roman de l’auteur : le premier tome d’une série qui en contient deux, Le Vide. Dans ce récit, les histoires se croisent, s’entrelacent, se font écho et se répondent. On a Pierre, qui se retrouve seul avec sa fille après la mort de sa femme. Un psy qui n’en peut plus de la vie insipide de ses patients. Une femme qui tue toute une famille dont deux bébés. Et une émission que beaucoup critique mais surtout que tous regardent : Vivre au max, où les rêves les plus fous deviennent, le temps d’un show télévisé, réalité.
Dans ce roman, la temporalité est bousculée. D’ailleurs, les chapitres le sont tout autant, à la manière du nouveau roman À rebours, sauf que, cette fois, on comprend. On s’étonne de découvrir des pans de l’histoire qui font voir autrement une scène déjà lue. On découvre des personnages à chaque instant, on est en plein suspense, on est captivés. Curieux, comme les spectateurs avides de sensationnel, on lit les scènes de sang et de sexe avec un intérêt malsain décalé et l’auteur comble parfaitement nos attentes. On est alors éblouis de la première à la dernière page. Du grand art littéraire.

Titania 3.0

Titania 3.0, Pauline Pucciano, Magnard Jeunesse.

Titania 3.0En plein futur, Jan, qui refuse les modifications physiques, rencontre Titania, une énigmatique beauté sur laquelle il va devoir enquêter… tout en apprenant à la connaître.
L’aspect futuriste est clairement très travaillé. On sent ainsi que l’auteur a bien réfléchi aux détails de son univers, à toutes les évolutions, les règles, les objets etc. Bravo pour ce travail. Aussi, le style est plutôt agréable et n’use point de facilité. Bien. Mais ! Mais l’ennui survient vite. Car au milieu des paragraphes décrivant ce nouveau monde, point de sentiments, point d’impact avec le personnage, point de réelle motivation de lecture. On ignore tout de Titania, d’accord, mais cela ne suffit pas à engendrer du mystère. Et notre héros ne nous crée pas une grande complicité. Du coup, l’ouvrage tombe des mains toutes les deux pages jusqu’à définitivement se fermer. Dommage.

54 minutes

54 minutes, Marieke Nijkamp, Valérie Drouet, Hachette romans.

54 minutesTyler entre en plein auditorium, prend en otage les élèves et les professeurs, et tire.
Dès la quatrième de couverture, le lecteur ne peut qu’être oppressé. On sait nécessairement ce qui va être lu, on devine la durée du roman par le titre, on connaît à l’avance les tragiques scènes qui seront semées au fil du texte.
Forcément d’actualité, ce roman peut interroger sur la nécessité de sa lecture. On peut se demander pourquoi lire ce récit, et même si l’auteur exploite le thème, par nature facile du fait de son intensité, nécessairement plein de tragique et de pathos. Ce n’est en effet pas faux de mener ces réflexions. Pour autant, l’auteur a ici créé des personnages bien pensés, riches, construits. On a aussi une écriture en va-et-vient sur les temporalités, un changement de focalisation avec effets de cliffhanger. Alors oui, on reste dans le convenu, on a pile poil le destin attendu aux protagonistes, on n’est pas surpris par le traitement choisi par l’auteur. Pour autant, il est indéniable que le roman captive et qu’il incite à réflexion. Le texte saura ainsi trouver sa cible.

20 allée de la danse, Tome 1, Amies et rivales

20 allée de la danse, Tome 1, Amies et rivales, Elisabeth Barféty, Opéra national de Paris, Nathan.

20 allée de la danse, Tome 1Lorsqu’il est annoncé que deux petits rats vont danser au sein d’un vrai ballet pour l’Opéra de Paris, l’excitation est à son comble. Les rivalités commencent, ainsi que les encouragements. Comment trouver sa place au milieu de cette effervescence de sensations ? Mieux vaut-il vouloir battre ses amies ou les encourager ?
Dans ce premier tome, le lecteur ressent bien l’atmosphère oppressante de cette exigeante école. Ce qui n’est pas sans me rappeler ma lecture récente sur les coulisses des élèves de l’Opéra : Entrer dans la danse, L’envers du ballet de l’Opéra de Paris. Dans ce roman pour jeunes lecteurs, on saisit bien les sentiments ambivalents des personnages. Et le lecteur est aussi intéressé par ce qu’il découvre sur le quotidien des élèves : les horaires, les exigences, les règles. L’histoire est pleine de suspense et le livre se lit facilement du début à la fin avec le même plaisir. Les toutes dernières pages viennent en plus apporter quelques informations documentaires, dont on aurait pu aimer qu’elles soient plus fournies encore. Mais pour combler notre envie d’en savoir plus, il nous faudra très certainement lire… le tome suivant !

Mind games

Mind games, Teri Terry, Maïca Sanconie, La Martinière Jeunesse.

teri terryUn univers où se passe désormais dans un monde virtuel. Une jeune fille qui est « refusante » ; elle préfère rester dans la réalité. Des secrets sur son passé. Des sélections. Une rébellion.
Ça va ? On a bien tout mis les clichés ? Oui, c’est bon, on les a tous. Pour autant, notez que j’ai voulu laisser sa chance au récit. Car, sait-on jamais, on peut être surpris par l’évolution de l’intrigue ou avoir un traitement dans l’écriture totalement inédit. Mais… Non. Ici, point d’innovation, point d’originalité. Si bien que les événements suivent la construction attendue stéréotypée, les coups de théâtre n’en sont pas et, naturellement, l’ouvrage tombe des mains. Quel dommage d’utiliser un talent pour narrer des histoires pour choisir un récit et un univers totalement convenus.

Aliss

Aliss, Patrick Senécal, Fleuve Noir.

alissAlice décide de tout quitter pour tenter l’aventure à Montréal. L’aventure, c’est sûr, Alice va la connaître.
Rebaptisée Aliss pour le folklore, la jeune fille se retrouve plongée dans… où ça d’ailleurs ? Dans un ailleurs, précisément. Où le sens fait défaut, où l’étrange monte sur scène, où la drogue coule à flots et le sexe se banalise. Aliss cèdera-t-elle aux tentations ? Se posera-t-elle les bonnes questions ?
Dans l’histoire d’Alice, la vraie, on apprécie tous le mystère, le monde étrange incompréhensible, les jeux de mots, les métaphores. Ici, l’auteur reprend tous les codes. Les métaphores sont poussées au maximum, transplantées, bousculées. Les personnages se font écho, les jeux de mots se poursuivent. On retrouve avec plaisir un univers connu et pourtant qui reste encore totalement à explorer. Et Patrick Senécal l’explore à fond. Quel talent d’avoir créé un roman si décalé !
L’œuvre d’origine est clairement barrée et on prend un plaisir jouissif à découvrir ici un univers encore plus barré, fidèle tout en innovant, original et merveilleusement bien écrit. Bien sûr, drogues et scènes de sexe sont bien présentes, combinées à un soupçon de sang. Je pourrais vous parler des heures des parallèles, étudier chaque scène, décrypter le style mais je préfère juste vous conseiller de vous plonger dans cette œuvre d’exception dont vous ne pourrez regretter d’être tombé au cœur du terrier.

Génération K, Tome 1

Génération K, Tome 1, Marine Carteron, Rouergue, épik.

génération k tome 1Des ados dotés d’un ADN spécifique et recherché. Une créature étrange, des pouvoirs, une fuite.
Au début, l’originalité de l’écriture est intrigante. On a en effet une écriture soignée et une construction de chapitres interessante. Les personnages sortent ses sentiers battus et l’évolution intrigue. Mais ! Mais on n’arrive pas à s’attacher aux personnages. Et le mélange des styles gêne un peu la langue générale de l’ouvrage. Aussi, finalement, on a une histoire qui use de déjà-vus et les scènes en deviennent souvent malheureusement bidons. On n’adhère pas. C’est dommage car le principe était prometteur et l’auteur a un talent indéniable pour mener ses récits. Peut-être qu’un autre genre lui conviendrait mieux. Là, l’exercice a échoué.

Le monde à Malec

Le monde à Malec, Paris Tokyo Internet, Tapas.

mondeAmalecLa vie d’un mec qui vit là-bas et qui, parfois, revient ici.
Les gags sont souvent drôles. Bon, par moment, l’humour est un peu limite et discutable mais, globalement, on passe un bon moment. Le lecteur découvre ainsi quelques aspects méconnus de la vie au Japon et s’amuse de certaines comparaisons entre les deux versions de vie. Il est par exemple intéressant de découvrir les différences pour louer un appartement ou les oppositions entre les régimes alimentaires.
Bref, on passe un agréable instant de lecture.
mondeAmalec-3