Sélection pour les vacances

Aujourd’hui, je vous conseille quelques titres pour les vacances. Je me limite à un par genre, alors, nécessairement, ce sera restreint. N’hésitez pas à lire les articles du blog si vous cherchez d’autres idées.
1 album : Oh ! Un livre qui fait des sons
1 bande dessinée : La différence invisible
1 roman pour enfants : Le dernier pisteur, tome 1
1 roman pour les plus grands : Sauveur et fils, saison 1
1 roman pour ceux qui ne sont plus des enfants : Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous (et les tomes suivants)
1 livre pédagogique : Construire des rituels à la maternelle
Je vous souhaite d’agréables vacances si vous en avez et je vous donne rendez-vous à la rentrée pour de nouveaux articles.
Bonnes lectures !

Théo et Croco aux objets trouvés

Théo et Croco aux objets trouvés, Michael Rosen, Joel Stewart, Martine Desbureaux, Éditions NordSud.

Théo et Croco aux objets trouvésThéo se retrouve parmi les objets trouvés. C’est là qu’il rencontre Croco, un doudou perdu qui a aussi perdu tout optimisme. Mais Théo est bien décidé à retrouver sa propriétaire. Plein d’entrain et d’énergie, il prend son destin en main et ne se laisse jamais abattre.
Quelle bande dessinée réussie ! Dès la première planche, le lecteur plonge dans l’atmosphère violette de l’œuvre et s’attache immédiatement au joyeux ourson Théo qui donne envie d’être consolé dans ces rares moments de tristesse. Tout de suite aussi, on adore Croco, éternel râleur pessimiste qui en vient à nous amuser tant il voit toujours le verre à moitié vide. Et puis, plus tard, il y aura aussi la rencontre avec la belle chatte qui chantonne, et dont la grâce charme rapidement tous ceux qui l’approchent. Au fil des pages, les émotions changent : on est pris dans le suspense de l’aventure, on frisonne de crainte, on s’attriste, on jubile. Et l’album se savoure à chaque page avec un plaisir grandissant. Je vous conseille vivement de tout faire pour vous procurer cet album qui devient rare, sa lecture vous enchantera et devrait ravir tous les lecteurs, petits et grands.

La Quête d’Ewilan, tome 4, Les plateaux d’Astariul

La Quête d’Ewilan, tome 4, Les plateaux d’Astariul, Pierre Bottero, Lylian, Laurence Baldetti, Loïc Chevallier, Glénat.

la quete d'ewilan t4Ce tome prouve que, à tout moment, on peut changer d’avis sur une série. Ici, je ne sais pas ce qu’il s’est passé, le découpage est moins pertinent. Ainsi, on enchaîne les actions et les pavés explicatifs, les pages semblent interminables, l’émotion est moins présente et les personnages… perdent de leur personnalité. Bref, toute l’âme du cycle, si bien respectée jusqu’à présent, semble envolée. C’est dommage car j’aimais vraiment l’atmosphère. J’ai tout de même envie de tenter l’adaptation d’Ellana mais… avec une certaine réserve.

Another Story of Bad Boys, Épisode 1

Another Story of Bad Boys, Épisode 1, Mathilde Aloha, Hachette Jeunesse.

another-story-of-bad-boys,-episode-1-852515Il est curieux de voir qu’une auteure française souhaite produire à tout prix un produit commercial typique des productions américaines. L’objectif interroge mais la conclusion est sans appel : il est certain que Mathilde Aloha a réussi. Elle « produit » ici une œuvre typique des clichés américains. On a ainsi : l’étudiante cruche à souhait qui arrive sur un campus, qui tombe évidemment en amour pour le bad boy du coin, des garçons bien virils comme il faut, des filles qui se comportent comme de petits oisillons et ne paient pas l’addition… Bref, peu de nouveauté. On se doit pourtant de saluer la réussite de l’auteur car il est difficile d’utiliser à ce point les clichés tout en captivant le lecteur. Et, pas de doute, le jeune lecteur amateur du genre sera adepte de cette série répondant en tous points à ces attentes stéréotypées malgré un suspense à ras des pâquerettes.
Notons que l’auteur s’amuse même à citer After… Il est certain que les lectrices ciblées seront ravies.
Voici donc un roman qui se retrouvera sur de nombreuses serviettes de plage des amatrices de chick-lit clichée, et qui sera ensuite rapidement oublié.

Le petit chaperon rouge

Le petit chaperon rouge, Charles Perrault, Christian Roux, Seuil jeunesse.

le petit chaperon rouge seuilDans ce petit chaperon rouge, nous sommes au plus près du texte de Perrault, où la morale est même intégrée à la fin de l’œuvre. Ainsi, proche du conte d’origine, l’illustrateur a respecté l’ambiance véritable : une forêt intensément sombre, du rouge inquiétant, de l’obscurité effrayante… On frémit, on est en haleine, on tremble au fil des pages. Et le dénouement est bien sûr sans appel.
Quelles belles illustrations dans cet album ! La peur est mise à l’honneur et cela fait du bien. Rares sont en effet les œuvres qui cherchent à retranscrire l’histoire originelle et l’atmosphère de Perrault. Pour ceux qui recherchent une version fidèle à la tradition, voici donc l’œuvre qu’il vous faut.

le petit chaperon seuil inter

Boucle d’or & les trois ours

Boucle d’or & les trois ours, Rascal, Pastel.

boucle-d-or-et-les-trois-ours-rascalComme pour sa version du Petit chaperon rouge, Rascal narre ici son histoire sans parole : seul le jeu de la succession des images fait sens, raconte le fameux conte. Plus encore qu’avec son chaperon, Rascal accentue le jeu graphique grâce à un grand travail d’alternance : on trouve toujours les mêmes illustrations en recto et verso, mais le noir et blanc s’inverse, et cette redondance sert la narration. Quel talent ! Il vous faut absolument vivre cette expérience littéraire et graphique ! Une seule conclusion : procurez-vous vite ce magnifique album !

Le petit chaperon rouge

Le petit chaperon rouge, Rascal, Pastel.

le petit chaperon rougeSans parole, Rascal nous charme avec son petit chaperon rouge. Quel talent d’illustrateur que de créer ainsi une histoire au fil des pages, sans un mot, avec un jeu très fort sur le graphisme et la mise en page. On découvre ainsi un petit chaperon, rouge bien sûr, et un loup, tous deux faussement pixelisés. Pour les plus jeunes, le jeu littéraire est intense : on repère la maison du chaperon grâce à la couleur, on peut s’amuser à suivre les différents chemins parcourus par les personnages, on trépigne, on attend. Et l’histoire connue apparaît mais… quel suspense insoutenable !, le livre ose s’arrêter en pleine tension, avant le fameux dénouement final, celui qui change tellement selon les versions. Du coup, au lecteur de choisir sa version préférée. Voici une version originale du conte, que je vous conseille vivement.

La Quête d’Ewilan, Tome 3

La Quête d’Ewilan, Tome 3, Pierre Bottero, Lylian, Laurence Baldetti, Loïc Chevallier, Glénat.

quete d'ewilan tome 3Le tome 3 sur 4 a toujours la délicate position de ne pas encore révéler le dénouement et de devoir garder le suspense. Ici, heureusement, c’est bien réussi et l’on ne s’ennuie pas. Je m’interroge cependant : l’histoire est-elle réellement compréhensible, et appréciable, pour les non lecteurs de la série en roman ? Car certains événements vont tout de même assez vite. Pour moi en tout cas, cette adaptation est toujours très agréable, et j’ai hâte d’en lire le quatrième et dernier tome. Je crois que j’irais même jusqu’à lire l’adaptation d’Ellana, histoire qui me tient encore plus à cœur.

La Quête d’Ewilan, Tome 2

La Quête d’Ewilan, Tome 2, Pierre Bottero, Lylian, Laurence Baldetti, Loïc Chevallier, Glénat.

la-quete-d-ewilan,-tome-2Ce tome 2 me faisait envie depuis la lecture du tome 1. J’ai donc fini par y céder… Et c’est sans regret ! L’univers est toujours tout aussi envoûtant et j’apprécie vraiment de retrouver cette histoire que j’ai tant apprécié en roman. Sans être dénaturé, le récit voit ici toute sa richesse bien mise en valeur grâce à de belles planches pleines de couleurs et de vie. Les cadrages alternent, les atmosphères aussi et le lecteur passe sans aucun problème d’une scène calme et pleine d’émotions à une action intense. J’apprécie grandement le choix de présenter ces scènes de bataille sans un mot, dans le plus grand silence. Voici ainsi un tome qui me donne bien envie de suivre toute la série.

Forget Tomorrow

Forget Tomorrow, Pintip Dunn, Diane Durocher, Lumen.

forget-tomorrowRecevoir le souvenir de son futur pour orienter son avenir, voilà un topo très dystopique assez prometteur. Zou, j’ai foncé tête baissée vers ce roman qui me semblait proposer un jeu intéressant sur le temps. C’est toujours intéressant de voir comment l’auteur va résoudre le fameux casse-tête de la prophétie : sera-t-on sur une bande-annonce que l’on veut éviter à tout prix comme Œdipe ? Ou peut-on réellement déjouer l’avenir ?
Mais, premier problème au début du texte : j’ai eu l’impression d’avoir déjà lu ce roman. Certes on peut user de lieux communs pour respecter le genre mais on a ici un vrai copier-coller des scènes cultes d’autres dystopie, comme Divergent. Ensuite, grand creux, une fois l’intrigue lancée, on tombe dans le vide intersidéral de l’action. L’auteur ne veut sans doute pas aller trop vite pour faire les fameux trois tomes mais du coup on atterrit dans une guimauve d’amour insupportable. Et sans intérêt car on a bien compris qui aime qui etc. Peu d’enjeux, peu de suspense, des personnages à personnalité stéréotypée… bref, quand le cliché est trop prononcé, le résultat est sans saveur. On s’épargnera donc les tomes suivants.