Moi, Ambrose, roi du scrabble

Moi, Ambrose, roi du scrabble, Susin Nielsen, Valérie Le Plouhinec, Hélium.

Moi, Ambrose, roi du scrabbleAmbrose est allergique aux cacahuètes. Mais ses potes vont quand même vouloir vérifier.
Ce roman de Susin Nielsen est drôle, intensément drôle. On s’attache vite aux figures, on apprécie l’improbable, on se passionne pour les mots comptent triple. Bref, on dévore. On atteint le plaisir un peu étrange qui donne envie qu’un texte ne s’arrête jamais tout en ayant envie de vite connaître la suite. Le dénouement est un chouïa too much, mais il offre aussi une touche d’exotisme bienvenue. Voilà ainsi un titre qui complète bien la collection. Toujours une autrice à suivre donc.

Publicités

13 minutes

13 minutes, Sarah Pinborough, Florence Moreau, Castelmore.

13 minutesNatasha est restée morte pendant 13 minutes dans l’eau glacée. Qui a pu faire cela ? Ce ne peut être ses amies… si ?
Ce roman fonctionne bien. On a le suspense classique qui permet d’intriguer le lecteur et de le tenir en haleine. Les personnages sont caricaturaux à souhait mais cela colle au genre et les péripéties font naître de nombreux rebondissements. On attend alors les coups de théâtre et ils pleuvent dans le dernier quart. Si on est adepte du genre, on peut toutefois en anticiper de nombreux. Voilà un roman dans la lignée des Cat Clarke qui rendra accro les jeunes lecteurs.

Cœurs brisés, têtes coupées

Cœurs brisés, têtes coupées, Robin Schneider, Nathalie Peronny, Gallimard Jeunesse, Pôle fiction.

Cœurs brisés, têtes coupéesEzra est le beau gosse, sportif et parfait, du bahut où il règne en maitre. Sa vie va basculer.
Bon… l’annonce de la quatrième et du début du roman est un peu mensongère. Car le basculement n’est somme toute pas si dramatique que cela. Et le reste du roman n’énonce que platitudes et rebondissements habituels du roman pour ado cliché. Du coup, c’est nécessairement la déception. C’est dommage car l’idée pouvait être prometteuse : encore fallait-il l’amener plus loin.

Où est passée Lola Frizmuth ?

Où est passée Lola Frizmuth ?, Aurélie Gerlach, Gallimard jeunesse, pôle fiction.

Où est passée Lola FrizmuthPartir au Japon suivre un coup de cœur, c’est gonflé. Et se retrouver confrontée à un gangster alors qu’on est à l’autre bout du monde, c’est… pas de chance.
Ce roman est très bien écrit : l’intrigue est originale, le ton est drôle et les personnages assez attachants. Il manque toutefois un peu de peps et de renouveau au fil du texte pour maintenir l’intérêt jusqu’au bout. Du coup, on risque de perdre quelques lecteurs en cours de route. Malgré tout, il est certain que l’autrice a de la ressource pour créer des scènes loufoques et hilarantes. Un nom à retenir donc.

On est tous faits de molécules

On est tous faits de molécules, Susin Nielson, Valérie Le Plouhinec, Hélium.

On est tous faits de moléculesUne mère décédée, une famille recomposée, un père homo, deux ados. Voilà un bien étrange tableau, qui semble bancal au premier abord et va trouver petit à petit son équilibre.
Comme d’habitude dans les romans de Susin Nielson, les personnages vont grandir et évoluer sous nos yeux, et on part en voyage avec eux, en se faisant brinquebaler par les émotions et en scotchant totalement l’intrigue et les portraits. Voilà encore une fois un Susin Nielson qui nous met nous promener au bord du gouffre sans jamais y tomber et qui parvient à trouver un pont pour l’enjamber : un beau récit.

La sélection, Tome 2, L’élite

La sélection, Tome 2, L’élite, Kiera Cass, Robert Laffont, R,

La sélection, Tome 2, L'éliteElle fait toujours partie des filles de la sélection malgré l’écrémage. Et son cœur continue de se balancer.
J’avais pensé que, le tome 1 étant moins décevant qu’attendu, cette suite pourrait peut-être rehausser l’ensemble. Non, donc. Car on a ici multitude de scènes dialoguées qui tirent à la ligne, des sentiments archi clichés et peu de réelle avancée de l’intrigue.
On en restera là donc.

Nous autres simples mortels

Nous autres simples mortels, Patrick Ness, The Rest of Us Just Live Here, Bruno Krebs, Gallimard jeunesse, Pôle fiction.

Nous autres simples mortelsÊtre un ado, c’est déjà pas mal compliqué. Mais si en plus il faut gérer un nouveau genre d’apocalypse mortelle… euh… non merci.
Les romans de Patrick Ness sont toujours déstabilisants. Car on ne sait pas d’où ils partent ni où ils vont. Il faut donc accepter de se laisser embarquer et suivre les personnages et les envies de l’auteur là où il décidera de nous emmener. Et ce sera loin, donc. Alors nécessairement, le risque de perdre en route du lectorat est grand. Pour autant, les thématiques stéréotypées du genre, traitées ici avec grand brio, sauront garder le plus grand nombre. On saura donc apprécier l’innovation et l’originalité : voilà bien confirmation, bien que nous n’en doutions pas, du grand talent de l’auteur.

Caraval, Tome 1

Caraval, Tome 1, Stéphanie Garber, Eric Moreau, Le Livre de poche.

caravalScarlett est promise à un époux. Et, joie, elle est enfin invitée à assurer au jeu Caraval. Mais sa sœur disparaît.
Ce n’est pas parce que les intrigues se multiplient que l’intérêt croît. L’univers fantastique est très bien étudié : on sent que l’autrice a grandement mûri son projet et le travail d’écriture s’en ressent. Mais on adhère… ou pas. Et ici les personnages restent trop lisses, surtout comparés à la richesse de l’univers derrière. Du coup l’ennui survient car l’attachement est moindre. C’est dommage car le travail de construction reste indéniable.

Les pointes noires

Les pointes noires, Sophie Noël, Magnard jeunesse.

les pointes noiresEve a grandi au Mali afin d’être adoptée et de venir en France. Là, elle vit sa passion : la danse. Son rêve : intégrer l’Opéra. Mais a-t-on déjà vu une danseuse noire ?
Ce roman met la danse à l’honneur. Les interrogations de la jeune fille sont légitimes et l’autrice y répond une à une avec brio. On frémit d’angoisse lors de ces entraînements, on vibre et on s’énerve avec elle. Voilà un roman bien réaliste et dont les personnages sont très bien caractérisés. Le texte se dévore alors, d’une traite pour ma part. Un seul regret : que les deux dernières pages ne donnent pas naissance à une suite. J’aimerais revoir encore Eve virevolter sur ses belles pointes. Voilà donc un roman fort réussi, à découvrir d’urgence.

La meilleure des vies

La meilleure des vies, J. K. Rowling, Pierre Demarty, Bernard Grasset, Le Livre de Poche.

la meilleure des viesVoilà dans ce livre de petit format le discours prononcé par la célébrissime autrice lors de la cérémonie de remises des diplômes à Harvard en 2008. L’autrice invite à voir autrement l’échec, à ne pas oublier la chance que nous avons de vivre dans les pays riches et à porter un autre regard sur le monde et les autres. Le texte est bref mais pertinent. L’édition choisie rajoute un folklore un chouïa inutile… disons que c’est « joli » mais totalement sans intérêt.
Le discours de J. K. Rowling est donc un texte à lire : un petit livre qui s’ajoutera sur un autre au pied du sapin.