Les Belles, Livre 1

Les Belles, Livre 1, Dhonielle Clayton, Cécile Ardilly, Robert Laffont, R.

bellesLes Belles, ce sont les seules douées de beauté. Les autres sont gris, peu harmonieux, sans aucune beauté. Mais les Belles peuvent leur vendre de la beauté, les charmer avec leur pouvoir afin de leur donner un peu de beauté, durant un éphémère moment.
Dans ce roman, on a bien sûr une critique du culte de la beauté. L’auteur a bien réfléchi et traite bien son sujet. Et, bien sûr, des surprises sont cachées, des secrets vont être découverts. L’ensemble est globalement bien mené. Toutefois, on note des longueurs. A force de vouloir générer le suspense, l’ennui pointe le bout de son nez. Mais il est certain que le roman touchera sa cible : les ados, plutôt filles, adeptes des questions de beauté et de compétition.

Publicités

The Rain, Tome 1

The Rain, Tome 1, Virginia Bergin, Sidonie Van Den Dries, Bayard Jeunesse.

CVT_The-rain-tome-1_3394Soudainement, la pluie devient mortelle. Une goutte et vous êtes morts.
Dans ce roman apocalyptique, le lecteur suit la narratrice dans toute son aventure. Sans ellipse, le roman narre tout, absolument tout. Car comment comprendre au début ? Comment se débrouiller ? Comment survivre ? Et l’auteur brille dans ces choix scénaristiques. Elle évite les clichés, ose faire mourir ceux qui habituellement survivent et nous plonge dans une angoisse sans fin. On dévore alors le roman, on frémit à chaque page, on veut savoir. Et arrivé au dénouement, on veut immédiatement le tome suivant. Cela tombe bien, il est sorti.
Bravo à l’auteur d’avoir su innover car le principe de l’apocalypse regorge de déjà-vus et bravo pour son style addictif qui capte immédiatement et durablement l’attention du lecteur.

Glitch, Tome 1

Glitch, Tome 1, Anastasiu Heather, Madeleine Nasalik, Robert Laffont, R,

Glitch, Tome 1Dans une société futuriste, les émotions sont contrôlées. Mais certains parviennent à glitcher et à voir le monde en couleurs.
Bon. Ayé on a mis tous les clichés ? Les émotions bloquées, la puce de contrôle, ceux qui sont différents, la Révolution avec une majuscule, l’histoire d’amour de fond. Oui, c’est bon, on a tout. Et puis, pas de temps à perdre : hopopop, l’héroïne découvre vite la Résistance, tombe vite amoureuse, a évidemment un destin hors du commun… Franchement, autant ne pas se fatiguer à écrire si c’est pour reprendre à ce point ce qui a été inventé par d’autres. Bref, on oublie.

Pardonne-moi Leonard Peacock

Pardonne-moi Leonard Peacock, Matthew Quick, Madeleine Nasalik, Robert Laffont, R.

bm_CVT_Pardonne-moi-Leonard-Peacock_5055Leonard est décidé : il va assassiner, puis se tuer. Enfin, d’abord, il va nous parler. Beaucoup.
Au départ, j’ai été très vite séduite par le topo et le personnage. Un genre de surdoué tordu, cela me parle. Le concept est aussi original et nécessairement attrayant. Alors pourquoi le livre tombe des mains ? Car le narrateur s’écoute parler. Beaucoup. Beaucoup trop. Et l’ennui survient car les faits manquent. Tout repose sur une succession d’échanges visant à montrer la personnalité du personnage. Mais ça y est, on l’a saisie. Il ne faut pas en oublier des rebondissements et des péripéties. Bref, une intrigue. Peut-être qu’un revirement a lieu dans la deuxième moitié du livre. Mais ma patience ne m’a pas menée jusque-là.

Bibi Scott, Détective à roller, Tome 1, Chasse au scoop

Bibi Scott, Détective à roller, Tome 1, Chasse au scoop, Clémentine Beauvais, Anne Guitton, Rageot.

bibi scott 1Une disparition ? Voilà une affaire pour Bibi, enquêtrice sur patins à roulettes (rollers, pardon).
Dans ce roman, l’humour a une touche anglaise et cela fait un bien fou. Jeux de mots, situations rocambolesques, fous rires en tout genre… bref, l’on rit. Mais attention, on enquête aussi !
Pour ce roman, les lecteurs experts seront privilégiés. Il faut en effet de solides compétences lectorales pour suivre les pensées de la narratrice et les dialogues qui rebondissent en permanence. Mais, assurément, ils apprécieront la dose de rire !

Le noir est ma couleur, Tome 1, Le pari

Le noir est ma couleur, Tome 1, Le pari, Olivier Gay, Rageot.

cvt_Le-noir-est-ma-couleur--Le-pari-tome-1_5226Manon est une jeune fille presque normale. Presque, car, comme toute sa famille, elle possède des pouvoirs. Quant à Alexandre, adepte de boxe, il ignore tout de la magie jusqu’à ce que son chemin croise celui de Manon.
Au début du roman, l’ancrage dans la réalité est forte. Ainsi, l’identification du lecteur et l’adhésion à l’univers fonctionne bien. Puis l’environnement magique arrive. Et, dommage, on a plus d’actions que de poursuite de création des profils des personnages. Le roman devient alors plus cliché et convenu. Et on ne s’inquiète en rien pour le destin des héros dont on sait qu’il ne leur arrivera rien. Le roman plaira toutefois aux lecteurs débutants qui découvrent le genre.

Confusion

Confusion, Cat Clarke, Alexandra Maillard, Robert Laffont, R.

CVT_Confusion_3220Grace se fait enlever alors qu’elle avait programmé de se suicider. Léger décalage dans l’emploi du temps donc. Et son ravisseur l’oblige à narrer son histoire. Jusqu’au bout.
Bon, soyons clair, j’ai deviné les deux coups de théâtre à même pas un tiers du roman. Du coup, j’ai juste attendu que la suite confirme mes soupçons. Toutefois, et malgré cela, le roman se lit très bien. L’écriture toujours addictive de l’auteur fonctionne. Elle parvient à trouver les mots pour cibler avec une grande justesse les émotions et ressentis des ados. Même si le processus narratif ne rend pas crédible l’écriture (quelle ado aurait ce sens de l’écriture dans les conditions dépeintes ?), on accepte l’invraisemblance narrative pour se concentrer sur l’histoire. Et cela fonctionne. Un bon roman de l’auteur donc.

Paranoïa, Tome 2, Miroir

Paranoïa, Tome 2, Miroir, Mélissa Bellevigne, Hachette Jeunesse, Blackmoon.

CVT_Paranoia-Tome-2-Miroir_8335J’étais laborieusement parvenue à la fin du premier tome… dont le dénouement en cliffhanger était une grande déception. Mais cela a fonctionné : j’ai du coup eu envie de découvrir le tome 2, histoire de comprendre, enfin, le pourquoi du comment. Sauf que, comme dans le 1, l’auteure parle, blablate, tire à la ligne. Les scènes cuculs fleurs bleues envahissent les pages et les remplissent… d’ennui. On en vient à se demander si l’auteure sait où elle veut aller depuis le début ou si elle improvise au fur et à mesure. Ce qui expliquerait la pluralité d’intrigues secondaires de peu d’intérêt. Du coup, tant pis pour le pourquoi du comment : l’ennui prime sur l’intérêt et le roman tombe des mains. Sans regret.

Le cri

Le cri, Nicolas Beuglet, XO éditions.

le criUn homme est mort dans un hôpital psychiatrique. Mais il semblerait que ce soit un assassinat. Qui est cet inconnu qui poussait d’horribles cris ? Pourquoi et comment est-il mort ?
Dans ce roman, le suspense est présent du début à la fin. On a un bon polar qui sème au fil des pages de menus indices, qui est truffé de scènes bien anxiogènes et des rebondissements qui donnent nécessairement envie de lire sans s’arrêter. Le dénouement est un poil convenu mais le résultat comble tout de même les attentes.
Un bon policier donc, qui ne marquera pas forcément les esprits sur le long terme mais qui divertira le temps de sa lecture. C’est ce que l’on attend de lui.

Imposteur, Tome 2, Déserteur

Imposteur, Tome 2, Déserteur, Suzanne Winnacker, Madeleine Nasalik, Robert Laffont, R.

Imposteur, Tome 2Dans ce tome, on se focalise sur l’intrigue de Tessa. Sans ne rien révéler de ce que nous apprend la fin du tome 1, sachez juste que les rebondissements et coups de théâtre sont encore nombreux dans ce tome. On apprend de nouveaux éléments, on est en plein suspense et en pleine action tout du long. L’atmosphère thriller est un peu moins présente mais cela contrebalance avec les nouvelles révélations. Un peu plus d’amour dans ce tome également, mais point de niaiserie toujours.
Mais, ô drame, ô désespoir, nul tome 3 à l’horizon… Alors que le cliffhanger final promettait un dénouement en apothéose. Bien dommage donc.