The last contract

The last contract, Ed Brisson, Lisandro Estherren, Niko Guardia, Boom studio, Ankama.

The last contractUn ancien tueur qui doit reprendre du service une dernière fois.
L’histoire est archi vue et revue… Et ça marche ! Car dans ces histoires, tout est question de construction, de puzzle, d’intensité d’actions et de suspense. Et dans cette bande dessinée en one shot tout est parfaitement bien pensé pour captiver le lecteur de la première à la dernière page. L’intensité est présente tout au long de la lecture, les personnages sont évidemment clichés et c’est pour cette raison qu’on les aime, les retournements sont attendus mais sont savoureux. Bref, le trash est pile poil comme il faut et l’album est un sans-faute. A offrir d’urgence aux amateurs du genre qui aimeront le respect du code. Car, évidemment, il faut aimer. Cela tombe bien, c’est mon cas.
The last contract inter

Publicités

Mortelle Adèle, Tome 1, Tout ça finira mal

Mortelle Adèle, Tome 1, Tout ça finira mal, Mr Tan, Miss Prickly, Tourbillon, Globulle.

Mortelle Adèle, Tome 1, Tout ça finira malAdèle, c’est la maîtresse d’Ajax : une petite fille au caractère bien trempé qui aime le sadisme et lutte contre les clichés.
A chaque page, Adèle nous régale avec un gag qui prend place en quelques bulles. Et il est étonnant de voir à quel point on peut rire en seulement deux vignettes ! En plus, l’humour change sans cesse de style : de quoi renouveler sans cesse l’intérêt du lecteur et captiver chacun selon ses accointances. C’est un fait : on dévore ce tome que l’on est 5 ou 31 ans ! Vite, à vos tomes ! En plus, lecteurs chanceux, il existe déjà treize tomes ! Et si vous en voulez encore, lisez les Ajax (plus accessible aux plus jeunes) et jouez au jeu de société Mortelle Adèle afin de réaliser des défis hilarants et de faire de sales tours à vos proches. Bref, ne quittez plus Adèle, c’est vraiment une fille géniale (mais ne lui dites pas, elle vous taperait !).

Dans la combi de Thomas Pesquet

Dans la combi de Thomas Pesquet, Marion Montaigne, Dargaud.

dans la combiDes premiers tests jusqu’au retour sur la terre ferme, Marion Montaigne nous raconte tout, absolument tout, sur l’histoire fabuleuse de Thomas Pesquet.
Pour ceux qui vivraient sur la lune, justement, Thomas est un astronaute qui est parti là-haut, tout là-bas, au beau milieu des étoiles. Et le quotidien n’y est pas tout rose. On ne s’amuse pas à faire des bonds sur les parois, on ne mange pas normalement, on morfle bien comme il faut physiquement etc. Et, oui, promis, la bd explique tout ce que vous voulez tant savoir sur le caca. Bref, on a toutes les réponses aux questions que l’on ne soupçonnait même pas, on savoure chaque page, et on apprend beaucoup. Le dessin, déjà brillant dans Tu mourras moins bête mais tu mourras quand même est toujours jubilatoire et pertinent et il faut saluer le travail de l’auteur qui a dû énormément travailler pour nous offrir cette lecture de qualité.
Une seule conclusion : foncez chez votre libraire et partagez, le temps d’une lecture, un voyage extraordinaire en plein ciel.

Pepper et Carrot, Tome 2, Les sorcières de Chaosah

Pepper et Carrot, Tome 2, Les sorcières de Chaosah, David Revoy, Glénat.

Pepper et Carrot, Tome 2Voici une jeune sorcière, accompagnée de son tout petit mignon chat, qui… rate tout ce qu’elle entreprend.
Le dessin est indéniablement très travaillé. On a à chaque page une explosion de couleurs qui réveille l’œil et charme grandement. Le talent pour la colorisation est incroyable. Quant aux scénarii, ils sont très inégaux. Si l’humour est souvent au rendez-vous, on a à contrario certains récits assez plats et sans saveur. C’est dommage car les jolis dessins persistent même quand la narration n’est pas à la hauteur. Gageons que les jeunes lecteurs seront surtout séduits par l’ensemble et seront suffisamment conquis pour avoir envie de lire le tome suivant.

Frankenstein

Frankenstein, Junji Ito, éditions Tonkam.

FrankensteinL’histoire est connue. Alors quelle adaptation en faire lorsqu’on choisit de changer le support ?
Ici, l’auteur ne semble avoir fait que de bons choix. On retrouve l’atmosphère et l’univers du roman ainsi que les personnalités des personnages. Puis, au fil des pages, on oublie l’œuvre d’origine et on entre totalement dans la lecture du roman. Viennent alors un suspense grandissant et une envie saisissante de sans cesse tourner les pages. C’est donc une belle réussite, voici l’adaptation que je conseillerais. En plus, un petit supplément final ajoute un peu de légèreté et donne envie de découvrir les autres œuvres de l’auteur. Une belle édition donc.
Frankenstein interieur

Roji, Tome 9

Roji, Tome 9, Keisuke Kotobuki, Ki-oon.

RojiDu rose, clairement supposé séduire le lectorat féminin. Des chats qui parlent, sûrement pour le même objectif. Des déesses, pour le folklore.
Bon. On a clairement un manga qui reprend les ingrédients qui fonctionnent et qui touille pour en faire une nouvelle sauce. Le résultat a un goût acceptable. De là à citer Miyazaki et Alice au pays des merveilles sur la quatrième, il faut quand même ralentir l’élan de prétention. Mais il est vrai que la colorisation sur chacune des pages rend l’objet libre séduisant et attrayant et que le lectorat ciblé y sera sûrement sensible.

Le monde à Malec

Le monde à Malec, Paris Tokyo Internet, Tapas.

mondeAmalecLa vie d’un mec qui vit là-bas et qui, parfois, revient ici.
Les gags sont souvent drôles. Bon, par moment, l’humour est un peu limite et discutable mais, globalement, on passe un bon moment. Le lecteur découvre ainsi quelques aspects méconnus de la vie au Japon et s’amuse de certaines comparaisons entre les deux versions de vie. Il est par exemple intéressant de découvrir les différences pour louer un appartement ou les oppositions entre les régimes alimentaires.
Bref, on passe un agréable instant de lecture.
mondeAmalec-3

Ma vie selon Moi, Tome 1, Le jour où tout a commencé

Ma vie selon Moi, Tome 1, Le jour où tout a commencé, Sylvaine Jaoui, Véronique Grisseaux, Sophie Ruffleux, Vents d’Ouest.

ma vie selon moi t1Voici le premier tome de l’adaptation en BD d’un roman qui a eu un grand succès (et que je n’ai pas lu). Pour autant, sans savoir si l’adaptation respecte la version romancée, j’ai trouvé que la bande dessinée possédait une grande structure de roman. On découvre des chapitres de la vie de l’héroïne, on a des encarts comme des apartés, on a une vraie construction de roman. Et voilà l’intrigue : on suit le quotidien banal ou mouvementé d’une ado. Bon. L’histoire ne brille pas grandement par son originalité mais les clichés sont menés habilement et le traitement est, lui, intéressant.
Concluons en disant que cette bd devrait certainement grandement plaire aux lectrices adolescentes séduites par la couverture. Et c’est bien là son principal objectif ; c’est donc réussi.

Venosa, Tome 1, Cinq cadavres sur le pavé

Venosa, Tome 1, Cinq cadavres sur le pavé, Olivier Milhiet, Delcourt.

venosaDans ce monde aux créatures étranges, les morts pleuvent et les mystères se cumulent.
Il y a bien plus de cinq cadavres au sein de ce premier volet. Le sang est même tellement abondant, les morts tellement saugrenues et inattendues que cela en devient comiquement agréable. Les amateurs de morts, de tortures et de sang seront donc comblés. Mais l’histoire ? Bon, on ne peut parfois pas tout avoir. Ici, le scénariste s’est surtout amusé avec ses idées avant de penser à créer un tout véritablement intéressant. On apprécie le côté cocktail de sang décalé mais on oublie vite la BD une fois la dernière page tournée.

Les nuits assassines

Les nuits assassines, Byun Ki-Hyun, J.-M. Goum, Casterman.

NuitsAssassines01_85687Des morts, des promesses lancées, des mystères. Voici un climat bien oppressant au milieu duquel l’intrigue commence. L’annonce est prévisible : on sait que les morts vont tomber. Mais qui ? Mais quand ? Car l’auteur joue grandement avec le suspense : on a une atmosphère de plus en plus opaque, des sauts dans le temps qui sèment des indices, des personnages énigmatiques… et qui, soudainement, meurent, ou survivent. Chaque page a son lot de surprises et, de la première à la dernière page, le lecteur ne sait à quoi s’attendre à la page suivante. Voilà une bande dessinée à dévorer au coin du feu une soirée d’Halloween, pour frémir… et ne pas s’endormir.
NuitsAssassines01P2