La légende de Robin

La légende de Robin, Elena Kedros, Sara Iayafly Spano, Nathalie Nédélec-Courtès, Pocket Jeunesse.

La légende de RobinRobin a perdu ses parents… mais pas son frère, qu’elle va tenter de retrouver à tout prix.
Dans ce roman d’aventures, le célèbre Robin des bois est une fille. On retrouve le côté initiatique, les épreuves, les rebondissements. Bon. Mais comme le suspense reste moindre (le lecteur n’a que peu de doutes sur l’issue de chaque scène), l’intérêt décroît et peut même disparaître. Les amateurs de Robin seront sans doute ravis mais les autres risquent de voir la lassitude surgir.

Publicités

Dans l’ombre de Stella

Dans l’ombre de Stella, Alexandra Sirowy, Noémie Saint Gal, Pocket Jeunesse.

Dans l'ombre de StellaDeux petites filles dans la forêt… une seule revient. Onze ans plus tard, l’enquête ouvre de nouveau.
Dans ce polar pour ados, on a le bon équilibre entre le thriller plein de suspense et les relations amicales et amoureuses de l’héroïne qui sont présentes sans trop de cucul-fleur-bleue. Du coup, l’addiction policière prend le dessus et le roman se dévore vite. Le dénouement révèle un puzzle finalement un peu attendu et peu complexe mais qui réserve tout de même quelques surprises. On peut noter quelques longueurs mais elles se font rares. Voici donc un polar qui devrait divertir les jeunes lecteurs le temps d’être lu, et c’est déjà bien.

Le cercle des 17

Le cercle des 17, Richard Paul Evans, Christophe Rosson, Pocket Jeunesse.

Le cercle des 17,Comment résumer sans que ce ne soit trop cliché ? Hé bien non, on ne peut pas… car un ado doté de pouvoir qui va former un club d’ados-avec-pouvoirs, on a déjà donné. Et ce n’est pas l’écriture qui vient sauver le roman puisque c’est longuet, bourré de dialogues qui tirent à la ligne et de scènes artificielles prêtes à l’emploi. Bref, on a un ramassis qui peut servir d’étude de ce qu’il faudrait éviter de faire si l’on veut écrire un roman avec des ados-à-pouvoirs. Un « best-seller » qui devrait vite se faire relayer donc.

L’enfant de Schindler

L’enfant de Schindler, Léon Leyson, Juliette Lê, Pocket Jeunesse.

L'enfant de SchindlerLéon n’est encore qu’un enfant. Mais la guerre arrive, même si l’on est enfant. Pour ce jeune juif, en ghetto puis en camp, le destin semble être tracé. Mais un homme va changer sa vie.
Dans ce témoignage, chaque phrase du récit importe. Les scènes, par leur véracité, choquent et scandalisent, nécessairement. Incroyables… elles paraissent in-croyables. Car on ne peut avoir envie que de ne pas croire qu’elles puissent exister. Et pourtant. Voilà précisément la raison pour laquelle il faut lire ce roman, pour savoir la vérité et ne jamais oublier. Et ne pas oublier, non plus, qu’il y a eu des hommes comme Schindler.

Douze ans, sept mois et onze jours

Douze ans, sept mois et onze jours, Lorris Murail, Pocket Jeunesse.

Douze ansUn père emmène son fils en forêt. Et part.
J’avais déjà été déçue par l’écriture peu fluide de l’auteur. Et, malheureusement, les défauts sont ici identiques. Je n’adhère pas au texte, reste extérieure aux personnages et ne croit pas aux situations narrées. Du coup, nécessairement, l’émotion est impossible à atteindre et l’ennui survient rapidement. C’est dommage car le principe promettait l’addiction. En tirant moins à la ligne, cela aurait peut-être pu fonctionner.

La vérité sur Alice

La vérité sur Alice, Jennifer Mathieu, Cécile Tasson, Pocket Jeunesse.

la vérité sur aliceTout le monde dit beaucoup de choses sur Alice. Qu’elle a couché avec deux gars à la suite par exemple. Et qu’elle y est aussi pour quelque chose dans la mort d’un autre.
Ce roman se devine de A à Z. Dès le titre, on se doute que les rumeurs sont fausses, que le roman va tout faire pour faire monter crescendo les aberrations et qu’Alice aura la parole à la toute fin du roman pour rétablir un semblant de vérité.
Bingo, le roman comble toutes les prévisions. Alors oui, cela peut vaguement concerner les ados, les sensibiliser au harcèlement, à la violence que les mensonges peuvent causer et blablabla. Mais franchement, l’écriture est ras des pâquerettes et le manque d’originalité plombe tout début de qualité. Dommage donc.

Les aventures de Charlotte Holmes

Les aventures de Charlotte Holmes, Brittany Cavallaro, Isabelle Chapman, Pocket Jeunesse.

Les aventures de Charlotte HolmesLes descendants de Holmes et Watson qui se rencontrent, il y a de quoi créer un événement explosif. Mais, pas le temps pour la fête ou la romance (ce qui aurait été du goût de Jamie Watson), car voilà que les deux ados sont la cible privilégiée afin de désigner le coupable d’un assassinat. Un coup monté contre ces figures emblématiques a-t-il ses chances ?
Les personnages sont intensément riches. On a une Charlotte Holmes délicieusement énigmatique et un Jamie Watson un brin maladroit et terriblement attachant. Le style est original, le concept inédit : voilà de quoi former un premier tome réussi. Pour autant, on notera toutefois que l’on peut être toutefois rebuté par l’écriture toujours bien pensée. Aussi, le dynamisme manque parfois à l’appel. Pour moi, cela a suffi à générer une lassitude au fil de la lecture alors que pourtant les réussites littéraires étaient bien là.
A chacun de se faire son opinion donc. Pour cela, il faut tenter !

Danse !, Tome 1, Nina graine d’étoile

Danse !, Tome 1, Nina graine d’étoile, Anne-Marie Pol, Pocket Jeunesse.

Nina-graine-d-etoileDepuis la mort de sa mère, Nina danse avec un nouvel objectif : rester proche de l’être perdu. Alors lorsque son amie lui annonce quitter l’école de danse pour une autre école plus prestigieuse, la jeune fille n’a qu’une envie : passer elle aussi l’audition. Mais son père, désormais au chômage, acceptera-t-il ? Et si en plus une nouvelle belle-mère vient se mêler des discussions, tout se complique.
Dans ce roman, on a le bon équilibre entre la danse et un récit autre. Le lecteur avide de lire des détails techniques sera donc comblé par la précision des positions et exercices. Et il trouvera aussi un intérêt à l’histoire qui, loin d’être platonique, est riche en rebondissements. On a ainsi un personnage bien pensé, un contexte familial intriguant et une histoire qui gagne en intérêt. Bien sûr, on est un peu dans un monde rose cuicui les petits oiseaux mais… Et alors ? Parfois, cela fait du bien, aussi, le bonheur.

Wonder

Wonder, R. J. Palacio, Juliette Lê, Pocket Jeunesse.

WonderAugust a un visage difforme. Mais vraiment. C’est forcément pire que l’image que vous tentez de visualiser. Pas d’oreille, de petits yeux à hauteur différente, une bouche dont la mâchoire a déjà subi moult opérations… bref, c’est objectivement la catastrophe. Et, annonce difficile, le jeune garçon va devoir aller au collège.
Mais quel formidable roman ! Ici, point de pathos larmoyant inutile. On est dans le ton parfaitement juste tout au long de l’ouvrage. Non, cela ne se passera pas bien. Oui, cela sera difficile. Et pas seulement pour August. Au fil des pages, on suit les pensées du jeune garçon, on saisit l’injustice, on s’attache, on est touché et aussi séduit par son humour. Aussi, on est sensible aux pensées de ses amis et de sa famille. Mais le roman pousse plus loin et met en scène les méchancetés, celles des enfants mais aussi celles des adultes, leurs comportements inappropriés voire scandaleux. Et le lecteur, un peu curieux mais grandement touché, dévore chaque page. Les chapitres, courts, se succèdent. Les points de vue attirent l’attention et les rebondissements engendrent encore plus d’intérêt. Voici ainsi un petit bijou littéraire, à découvrir de toute urgence.

Eleanor & Park

Eleanor & Park, Rainbow Rowell, Juliette Paquereau, Pocket Jeunesse.

Eleanor & ParkIl est de ces personnages qu’on ne veut ne plus jamais quitter. Il est de ces amours littéraires qui sont tant emplis de pure émotion qu’ils te font décoller et pleurer en même temps qu’eux. Il est de ces talents d’écriture qui ne peuvent être contestés. Et, assurément, tout cela est ici bien présent.
Eleanor et Park, on apprend à les aimer, ils nous apprivoisent, ils nous font les adorer. Ce couple, inattendu mais évident, bancal mais inébranlable, nous fait comprendre ce que c’est, l’amour. Et les pages nous plongent dans un tourbillon de coton, et l’on s’envole et l’on nage en plein ciel, et on s’émeut. Alors le contexte de la vie de chacun nous saisit à la gorge, on lit avec les tripes, on est happé dans le bonheur. Quel voyage !
Sûr, Eleanor & Park est un roman qui faut lire, qu’il faut relire, qu’il faut bichonner et qu’il faut conseiller. À bon entendeur.

IMG_20170520_222357_708