Au galop, Silver !, Mes deux cavalières au concours de saut

Au galop, Silver !, Mes deux cavalières au concours de saut, Pascal Brissy, Evelyne Duverne, Hatier Jeunesse, Premières lectures, niveau 3.

Mes deux cavalières au concours de sautLe sous-titre expose bien la situation : deux jeunes filles que tout oppose vont monter tour à tour le beau Silver lors d’un concours. Le pauvre poney nous confie avec ses prises de conscience : lui ne veut favoriser aucune des deux jeunes filles et ne contrarier personne. Mais les disputes entre les filles ne cessent d’augmenter, que peut donc faire Silver ?
L’idée de choisir le point de vue de l’animal est intéressant. Le lecteur peut ainsi objectivement apprendre à connaître chacune des filles. Aussi, ce choix narratif accentue l’intérêt pour l’équitation : on découvre ainsi le brossage, les sauts, le stress que peut aussi ressentir l’animal lors d’un concours. Bien sûr, humanisé, le poney crée une plus grande complicité avec le lecteur. Du coup, le jeune lecteur a nécessairement envie de poursuivre la lecture et de découvrir comment la situation va trouver solution. Pari gagné pour ce premier tome qui donne envie de lire la suite de la série !

Publicités

Comment j’ai raté ma vie sexuelle

Comment j’ai raté ma vie sexuelle, Laura Lambrusco, Act éditions.

Comment j'ai raté ma vie sexuelleLa narratrice prévient : elle utilisera un langage trash et elle parlera du sexe qui se dit souvent tabou, elle dira tout, sans masque ni voile, elle explorera chaque détail. Bon. Et elle avertit : si l’on juge son langage ordurier, c’est que, en gros, on est ou on fait semblant d’être un gros coincé. Sauf que : certes l’on peut tout narrer, en faire récit, le faire partager. Mais la valeur des mots compte. Et utiliser bite ne peut se faire qu’à bon escient. Et là, on n’y est pas. La langue vulgaire qui est omniprésente, cela empêche de créer le lien, cela ôte le réaliste, cela vire à du trash gratuit. Bref, c’est raté. Aussi, certaines considérations sont très caricaturales et assez agaçantes. Du coup, pouf, le livre tombe bien vite des mains et on n’a aucune envie de se pencher le ramasser.

Qui dort ici ?

Qui dort ici ?, Sabine De Greef, Pastel, L’école des loisirs, Bébémax.

qui dort iciAttention, attention, tu es pourtant mis en garde, il serait préférable de refermer le livre ! Mais si tu oses continuer à tourner les pages, mieux vaut ne pas faire de bruit. Il ne faut pas non plus trop s’approcher pour ne pas qu’il nous entende. Qui ? Celui dont le museau dépasse bien entendu ! Des oreilles bien noires, une fine moustache, des petites pattes griffues… mais qui est donc sous les couvertures ?
Ce petit livre engendre dès le début de sa lecture une grande part d’interactivité avec le jeune lecteur. Amusé, un peu apeuré, l’enfant frémit alors de plaisir à chaque tourne de page et se demande ce que lui réserve le dénouement. Réalisé avec de belles photographies, l’album gagne en originalité tant par ce choix d’illustration que par le dialogue engagé avec le lecteur. Voici un album fort sympathique, qui devrait certainement ravir les plus jeunes lecteurs.

qui dort ici inter

L’épée du petit roi Arthur

L’épée du petit roi Arthur, Pascal Brissy, Chritophe Lautrette, Deux coqs d’or, Un petit livre d’or.

l'épée du petit roi arthurOhlala, une grosse épée, mais ce n’est pas pratique du tout ! C’est lourd, c’est grand, c’est gênant ! Et puis… ça coupe et casse tout autour du pauvre Arthur qui ne sait comment faire pour éviter les catastrophes. Heureusement, sa marraine a la solution : avec une épée toute molle comme du caoutchouc, cela sera forcément plus pratique ! Seul problème… pas sûr que le dragon en soit impressionné…
Cet album est fait pour être lu à haute voix : ça dzoing, on oit (oui, oui, on oit !) des Pan Pan, des ouille ouille ouille ! Bref, l’action est bien au rendez-vous, et cela s’entend ! Bien sûr, le jeune lecteur fait rapidement le lien avec le vrai Arthur, et le jeu des changements amuse et ajoute encore au divertissement provoqué par la lecture. C’est sûr, L’épée du petit roi Arthur, on adhère, et l’éditeur propose en plus d’écouter la lecture du conte grâce à un QRcode : de quoi prolonger davantage encore le plaisir du jeune lecteur !

épée arthur inter

Eleanor & Park

Eleanor & Park, Rainbow Rowell, Juliette Paquereau, Pocket Jeunesse.

Eleanor & ParkIl est de ces personnages qu’on ne veut ne plus jamais quitter. Il est de ces amours littéraires qui sont tant emplis de pure émotion qu’ils te font décoller et pleurer en même temps qu’eux. Il est de ces talents d’écriture qui ne peuvent être contestés. Et, assurément, tout cela est ici bien présent.
Eleanor et Park, on apprend à les aimer, ils nous apprivoisent, ils nous font les adorer. Ce couple, inattendu mais évident, bancal mais inébranlable, nous fait comprendre ce que c’est, l’amour. Et les pages nous plongent dans un tourbillon de coton, et l’on s’envole et l’on nage en plein ciel, et on s’émeut. Alors le contexte de la vie de chacun nous saisit à la gorge, on lit avec les tripes, on est happé dans le bonheur. Quel voyage !
Sûr, Eleanor & Park est un roman qui faut lire, qu’il faut relire, qu’il faut bichonner et qu’il faut conseiller. À bon entendeur.

IMG_20170520_222357_708

Le classeur des savoirs, PS-MS-GS, avec CD-rom

Le classeur des savoirs, PS-MS-GS, avec CD-rom, des outils pour apprendre, Christine Bauducco, Christine Chaillol, Retz.

le classeur des savoirsLe classeur des savoirs, késako ? C’est un classeur, un seul, unique, pour toute la classe, qui va référencer les apprentissages de la classe. À la question « qu’a-t-on appris cette année ? », l’élève saura ainsi aller chercher la réponse, se souvenir, avoir une trace. Pour résumer, le classeur des savoirs, c’est : « ce que j’ai fait, ce que j’en dis et ce que j’ai appris. Parce qu’il s’adresse à l’enfant, ce classeur prend tout son sens.
Je n’ai jamais vu de classeur des savoirs mis en place et je suis grandement intéressée pour en créer un l’an prochain. Ce guide m’a permis de bien comprendre son fonctionnement, de connaître ses avantages et de savoir comment le mettre concrètement en place dans la classe au fil de l’année. Le CD-rom est alors bien utile pour avoir des fiches prêtes ou des modèles. À chacun de choisir s’il s’en servira ou non. J’ai aussi beaucoup apprécié les conseils des auteurs concernant les erreurs à éviter pour la réalisation des fiches. Pour ma part, je vais laisser un peu de temps à la réflexion mais je pense opter pour une réalisation manuelle, une trace écrite réalisée durant le temps de classe, avec les élèves. L’idéal serait aussi d’avoir un classeur voué à circuler dans les futures classes des élèves. On peut aussi envisager des présentations des différents classeurs entre les classes afin de comparer et de mettre en commun les différents apprentissages. Bref, ce classeur me semble être d’une grande richesse et il est certain qu’il y en aura un l’an prochain dans ma classe.

Nendo Stories

Nendo Stories, Mr Tan, Omaké Books.

nendostoriesAttention, attention, yeux sensibles, préparez vos mouchoirs, voici un feu d’artifice de mignonnerie ! La « toy photography », ça ne vous parle pas ? Je vous assure qu’avec ces photos, vous allez en avoir les larmes aux yeux et en devenir définitivement accro. Car les scènes choisies sont parfaitement attendrissantes, car le photographe accorde un grand soin à chaque détail, et car l’émotion qui surgit à la vision de chaque photo est nécessairement intense. Comment ne pas résister aux expressions des personnages, curieusement réalistes bien que caricaturées ? Comment ne pas fondre devant ces petites mains qui manipulent de si petits objets ? Et comment ne pas admirer l’immense talent de Mr Tan qui a su construire ces scènes du quotidien ? Le jeu des cadrages, les floutés, les arrière-plans, tout est savamment réfléchi et… totalement à croquer. On se reconnait forcément dans certaines photos, on croit voir nos amis, on est ébloui par la reconstitution. Bref, ce livre, il vous le faut ! Cela tombe bien, vous pouvez dès maintenant le précommander ici. Et, super énormissime bonus, si vous le faites avant le 13 juin, vous avez, ô grands chanceux que vous êtes, une carte collector dédicacée par Mr Tan ! Foncez !

mr tan

25 situations-problèmes à la maternelle, MS-GS

25 situations-problèmes à la maternelle, MS-GS, Denise Chauvel, Isabelle Lagoueyte, Retz.

25 situations-problèmes à la maternelleCe guide propose de découvrir quelques séquences (25 donc) qui reposent toutes sur le même fonctionnement : mise en situation, phase de validation, phase de conceptualisation, phase d’entrainement ou de réinvestissement et phase d’évaluation. Ces séquences sont réparties dans les 5 domaines de la maternelle. (Certes, l’ouvrage a été écrit lors des programmes de 2008 mais les correspondances avec les nouveaux programmes sont aisées et le contenu toujours pertinent.)
Il est intéressant de choisir de présenter un apprentissage par un problème à résoudre car l’enjeu de la recherche est motivant et le résultat se retient mieux.
J’ai trouvé que pour tout ce qui se fonde sur l’organisation de la classe, l’ouvrage donne de bonnes idées. Même si je ne mettrai pas tout en place l’an prochain, je vais piocher quelques idées pour que les élèves soient davantage acteurs dans le rangement et les compréhensions des règles de vie de la classe. Pour ce qui est de « découvrir le monde », les idées proposées sont intéressantes mais il est déjà plus habituel de fonctionner par problème, donc peu de nouveauté sur ce domaine. On peut cependant piocher quelques idées. Notons toutefois que la création d’un phénakistiscope est passionnante et m’a donné envie de conduire cette séquence en classe. Je pense même que l’idée peut être adaptée pour le cycle 2.
Pour conclure, l’ouvrage peut être acheté les yeux fermés : aucun doute qu’il sera utile pour renouveler quelques pratiques de classe.

La différence invisible

La différence invisible, Mademoiselle Caroline, Julie Dachez, Delcourt, Mirages.

IMG_20170520_115111_111Je vous présente une bande dessinée qui est pour moi un très grand, un immense, un gigantesque, coup de cœur. La différence invisible, c’est ce qui fait que notre héroïne n’arrive pas à s’intégrer, lutte au quotidien pour et dans ce quotidien, bataille pour respirer. Cette héroïne en est bien une, et c’est aussi dû au syndrome Asperger.
Passionnante, cette bd touche juste, raconte avec subtilité, émeut grandement. Et quelle lecture ! Quelle réussite dans la mise en scène et en page ! Le jeu des cadrages, l’évolution des couleurs, l’intensité de certaines planches pour faire ressentir les émotions… pfiou, c’est une véritable plongée dans le cœur de ce syndrome.
Vous l’avez compris, La différence invisible, je l’aime, je l’adore et je ne peux que chaleureusement vous la conseiller.

Le dernier jour de ma vie, Before I Fall

Le dernier jour de ma vie, Before I Fall, Lauren Oliver, Alice Delarbre, Hachette Jeunesse, Black Moon.

before i fallle dernier jour de ma vieUn groupe de pestes à la Pretty Little Liars. Un accident. Une nouvelle chance de toute recommencer.
Voilà le topo. Le concept a de quoi séduire. Et même si l’on devine quelle va être la construction générale (la fausse méchante qui a un fond de gentille et qui va réparer ses bêtises au fil des pages), on a envie de voir comment les scènes qui sont attendues vont évoluer et faire changer l’héroïne. Sauf que. Sauf que j’ai eu un gros problème : l’identification au personnage principal, accentuée par l’usage du JE, m’est totalement insupportable. L’héroïne est, en plus d’être cruche comme bon nombre de ses compères de romans ados, vraiment peste. Alors oui, c’est le principe. Mais cette identification voulue est impossible si on a envie de lui donner des tartes à chaque page. Du coup, c’est rare, mais je pense que le film sera mieux. Car il y aura la distance nécessaire avec le personnage principal. Et au pire, je reregarderai Edge of Tomorrow.