Le grand saut, tome 3

Le grand saut, tome 3, Florence Hinckel, Nathan.

Le-Grand-saut3Florence Hinckel annonce en remerciements qu’elle est triste de quitter ses héros. Et nous donc ! Car encore une fois dans ce troisième volet, nous suivons avidement le destin, qui semble paradoxalement si fragile et incertain, et si intense par la grandeur des possibles. Quels retournements, quelles émotions, quelles interrogations ! Car elle est bien sensible cette période du Grand saut, qui peut durer si longtemps, parfois. Bien sûr, chaque lecteur s’identifie un peu plus. Pour ma part, le Malesherbes d’Iris est exactement le mien, en y ajoutant un soupçon des rôles de Rebecca. Un seul regret à la si émouvante dernière page : que l’aventure inachevée se termine pour le lecteur. Allez, chère auteur, encore un peu d’eux… et pourquoi pas avec un très grand saut d’une dizaine d’années ?

Publicités

Le grand saut, Tome 2

Le grand saut, Tome 2, Florence Hinckel, Nathan.

le grand saut 2Dans ce second volet, on retrouve notre bande de six. Un peu séparée, un peu abîmée. Plus certains que d’autres. Et si l’amitié était la clé pour les réparer ?
Ce second tome est tout aussi brillant que le premier. Les émotions sont toujours aussi vraies, les personnages intensément vraisemblables et le lecteur dévore les pages, avide de connaître chaque bribe de vie de nos héros. Dans cet épisode, certains personnages sont un peu en retrait et on espère vivement les retrouver plus fortement dans le troisième volet. Ce qui est certain, c’est que ce tome lu en 24 heures n’appelle qu’une conclusion : il faut lire le tome suivant, et vite !

Le grand saut, Tome 1

Le grand saut, Tome 1, Florence Hinckel, Nathan.

Le-grand-sautIls sont six. Six potes depuis la nuit des temps. Six à vivre la même terminale, mais chacun avec sa vie personnelle, son intimité, ses doutes et ses envies.
Ce roman a reçu beaucoup de compliments… totalement à juste titre ! L’histoire est captivante, le suspense monte crescendo, les personnages sont terriblement intenses et réalistes et l’émotion touche sa cible à la perfection.
Que de talent dans le réalisme ! L’auteure parvient à mettre en scène de nombreuses thématiques fortes et le risque de générer du cliché est grand. Pourtant, c’est toujours avec un parfait équilibre que chaque sujet est abordé.
Durant les dernières pages, on frôle le déluge émotionnel et on a alors qu’une envie : s’emparer du tome suivant pour ne pas quitter ces personnages qui nous manquent déjà. Un grand bravo à Florence Hinckel : c’est tellement rare de créer une œuvre d’une simplicité réaliste émouvante sans faille. Chapeau !

#Bleue

#Bleue, Florence Hinckel, Syros, Soon.

bleueMaintenant, on sait éradiquer la douleur. Il suffit de contacter la CEDE et la douleur n’a plus comme trace qu’un point bleu sur le poignet. D’ailleurs, quand sa petite-amie décède soudainement dans un accident, Silas est bien content de ne pas avoir à souffrir. Il peut du coup reprendre une vie normale. Mais… la douleur n’est-elle pas parfois utile ?
Quelle dystopie intéressante ! Ce roman soulève énormément de questions sur l’importance des sentiments, des pensées personnelles, des liens entre les émotions… et l’on est alors forcément concernés par l’histoire racontée. En effet, les arguments de chaque partie s’entendent. Et bien que l’auteur invite à conclure dans un sens, le questionnement est en tout cas au départ soulevé avec objectivité. Aussi, les personnages sont attachants et l’intrigue a du rythme. Du coup, on lit avec avidité, on réfléchit, on veut savoir. Certes, certains retournements se devinent, ainsi que le fil général de l’histoire. Mais qu’importe, on accroche.
Voici ainsi une dystopie différente et réussie.