Bizarre… Bizarre, Monsieur Monsieur et Mademoiselle Moiselle

Bizarre… Bizarre, Monsieur Monsieur et Mademoiselle Moiselle, Claude Ponti, L’école des loisirs.

bizarre bizarreAh les petits formats de Claude Ponti ! Qu’ils sont attendrissants ! On a envie de tous les avoir dans notre bibliothèque et de savourer à chaque instant les courtes histoires qui y sont narrées. Dans celle-ci, il arrive quelque chose de bien étrange à Monsieur Monsieur et Mademoiselle Moiselle : à chaque fois qu’ils se rencontrent, ils perdent des petits bouts, des petits morceaux, d’eux-mêmes. Pas de doute, voilà bien ce qu’il survient, lorsque l’amour entre dans la danse.
Quelle est pleine de poésie cette courte histoire ! Quelles sont mignonnes ces petites souris amputées, vouées à se retrouver pour se combler ! Bref, vous l’avez compris, j’adore Monsieur Monsieur et Mademoiselle Moiselle et, comme eux, j’ai laissé un bout de moi-même entre les pages dès la première lecture ; je suis désormais vouée à ne plus jamais les quitter.

Mô-amour

Mô-amour, Claude Ponti, L’école des loisirs.

Mo_namourUn jour, Isée et Tadoramour son doudou ont un accident de voiture. Les parents d’Isée s’envolent très haut. Isée se retrouve alors à devoir construire une maison avec la carcasse. Elle rencontre alors Torlémo qui, très gentiment, lui propose de jouer à la balle avec lui. Sauf que la balle, c’est Isée.
C’est album aborde avec une très grande justesse dans le choix des mots la violence que peuvent faire subir certains adultes aux enfants. On voit que, derrière la gentillesse présumée, c’est en réalité une maltraitance qui fait des bleus. Et la colère d’Isée est alors très grande et très forte et Claude Ponti écrit cette phrase extraordinaire, très réaliste : « je te tue dans ma vie, je te tue dans mes souvenirs, je te tue dans ton avenir, je te chasse d’eau, je te poubelle, je te hais, je te couche-culotte pleine ! Meurs, menteur ! Pourri ! » Alors, dans les illustrations, ce méchant aux drôles d’intonations, étonnement bébéifiantes, meurt en effet.
On retrouve aussi au fil de la lecture des thématiques classiques de Claude Ponti : des monstres, des portes, des mots tordus, bref, tout ce qui fait que l’on aime Claude Ponti.
Encore un très bel album en format paysage qui se lit et se relit sans fin et s’apprécie tout autant à chaque lecture.

Petit Prince Pouf

Petit Prince Pouf, Agnès Desarthe, Claude Ponti, L’école des loisirs.

20170313_145722Dès que le roi et la reine voient sa tête, ils en sont persuadés : le prince a une tête à s’appeler Pouf. Mais à l’école, il est certain que les autres risquent de se moquer de lui à cause de ce drôle de nom. Un précepteur vient alors enseigner à Pouf. Mais réussira-t-il à le former convenablement afin que Pouf devienne un bon prince ?
Cet album d’Agnès Desarthe et de Claude Ponti est créé par un fabuleux duo. Un grand auteur et un talentueux auteur-illustrateur, ce ne peut donner qu’un bijou ! Et en effet, Petit Prince Pouf est tout à fait extraordinaire. Amusante, surprenante, inattendue, l’histoire est pleine d’humour et de rebondissements.
Comme un conte, elle captive l’attention du lecteur du début à la fin. Quant aux illustrations, elles sont pleines de détails, elles représentent parfaitement les expressions des personnages et elles accompagnent parfaitement le récit.
Voici un long album, à savourer régulièrement !

20170313_145814

L’affreux moche Salétouflaire et les Ouloums-Pims

laffreux-moche-saletouflaire-et-les-ouloums-pimsVoilà un album tout en hauteur que nous propose Claude Ponti. C’est normal, nous allons être conviés à partir voyager sous et sur la terre, bien loin en haut et bien loin en bas. Car voilà que le grand méchant Salétouflaire a enterré des maisons sous sa poussière. Du coup, ceux qui sont en-dessous vont creuser des galeries et tout un système de survie en profondeur. Et puis au hasard d’une sortie vers l’extérieur, deux Ouloums-Pims vont se rendre compte qu’ils ont construit la même chose. S’en suit toute une aventure pour rendre ses rayons au Soleil et rétablir l’ordre des choses (et tomber amoureux).
Dans cet album, on retrouve tout ce que l’on aime chez Claude Ponti : des mots zinventés, des tordureries bizzares et surtout une aventure pleine de rebondissements et d’expériences successives. Dans les illustrations se cachent toujours mille détails à explorer des yeux. Bref, du Claude Ponti bien réussi. Mais le plus, c’est cette sympathique histoire en miroir construite autour des deux personnages pendant la première partie de l’histoire. Aussi, la petite histoire d’amour est toujours le petit plus fort appréciable. Voici donc un Claude Ponti bien abouti qui m’a bien séduite.