Tous nos jours parfaits

Tous nos jours parfaits, Jennifer Niven, traduit par Vanessa Rubio-Barreau, Gallimard Jeunesse.

HS-TOUS NOS JOURS PARFAITS2.inddViolet et Finch n’étaient pas destinés à se rencontrer. Et pourtant, un jour, en haut d’un clocher, les voilà tous les deux perchés. Prêts à sauter ? En tout cas, ils s’y croisent. Et cette rencontre va bouleverser leur vie.
Le duo d’un ado qui veut en finir à tout prix avec la vie et d’une ado dont la sœur est morte est une idée prometteuse. Les personnages sont ainsi riches en personnalités torturées et cela donne en général force au récit. Ici, on retrouve certaines qualités et un ton assez similaire aux romans de John Green. Parler du suicide n’est évidemment pas chose facile et Jenniver Niven parvient à éviter le pathos et à véritablement questionner les lecteurs. Mais il y a tout de même une grande dose de guimauve. En effet, même si les pensées des personnages sont bien retranscrites, il ne se passe pas grand chose comme rebondissements et ce flux de pensée devient trop marqué en pathos. On aboutit malheureusement à la guimauve larmoyante, arrivant sournoisement par d’autres entrées, notamment celles de l’amour et de l’amitié qui sont abordés de manière plus classiques et parfois teintés de clichés. C’est dommage car le début donnait vraiment envie de poursuivre. Heureusement, finalement, le troisième tiers est meilleur et le dénouement, assez fort, interroge. Si l’on excepte le milieu un peu guimauve, on a ainsi un bon titre qui devrait charmer les lecteurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s