Y a-t-il quelqu’un dans Casimir ?

20170109_095834Pour la première fois de toute sa vie entière (qui a déjà duré treize années), Armande se retrouve seule à la maison. Ses copines le font déjà puis belle lurette. Mais elle, elle a les chocottes, les genoux qui s’entrechoquent. C’est comme ça et puis voilà: Armande a la pétoche qu’un tueur se cache dans chaque recoin. Le téléphone qui sonne, le dîner qu’il faut finir et sa sœur qui lui demande l’impossible… cette soirée est semée de terreurs et d’embûches.
A travers ce voyage initiatique de quelques heures, il est certain que le personnage grandit. Armande affronte ses peurs, Armande devient plus forte. Et la jeune fille découvre aussi des informations importances sur son père, ce qui ne peut que contribuer à la faire pousser. Aussi, Armande nous fait rire avec ses inquiétudes et ses idées.
L’écriture est toutefois bien adulte ; pour l’effet de réalisme, c’est un brin raté. On accroche ou on n’accroche pas à ce choix d’écriture décalé qui provoque, si cela fonctionne, rire et émotion. Au fil de la lecture, on sent toutefois un poil de longueurs et le roman s’essouffle un peu. On frôle l’étouffement mais, heureusement, on arrive au dénouement.
Pour moi, ce fut une lecture divertissante et bien amusante qui m’a fait replonger un peu dans le passé tout en savourant les frayeurs que chacun peut avoir, le soir, seul chez soi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s